RMC Sport

Les tops et flops d’Uruguay-Angleterre

Steven Gerrard

Steven Gerrard - -

Auteur d’un somptueux doublé, Luis Suarez sort encore grandi de cet intense Uruguay-Angleterre (2-1). A l’image de Steven Gerrard, les déceptions sont nombreuses du côté des « Three Lions ».

TOPS

Luis Suarez

Les joueurs anglais pensaient connaître par cœur le meilleur buteur de leur championnat. Erreur. Idéalement servi par Edinson Cavani, l’attaquant de Liverpool a inscrit de la tête le 1er de but de la Celeste juste avant la pause (39e). Malin, il a ensuite réussi à gagner du temps malgré le réveil des Anglais avant de les assommer au pire moment, dix minutes après leur égalisation, d’un missile du pied droit (85e). « C’est un tueur », commente Coupet. Luis Suarez inscrit au passage son 5e but en sept matches de Coupe du monde. Il est porté en triomphe par ses partenaires à la fin de la rencontre.

Le milieu de terrain uruguayen

Arevalo, Gonzalez, Rodriguez et Lodeiro. Ils ont gagné la bataille du milieu de terrain. Plus coriaces, ils ont fait déjouer les Anglais et mis sur orbite Luis Suarez ou Edinson Cavani, lequel n’a pas hésité à décrocher pour toucher plus de ballons. Du bon travail.

Wayne Rooney

Il n’avait encore jamais marqué durant une phase finale de Coupe du monde. Il a donc fallu attendre le 10e match de l’attaquant de Manchester United pour voir Wayne Rooney faire trembler les filets dans un Mondial. Mais, placé d’abord en position de meneur de jeu, il a vu sa tête être repoussée par la barre transversale (32e). Maudit ? Repositionné en attaque après l’entrée en jeu de Barkley, il a réussi à tromper Muslera après un bon service de Johnson (75e). Enfin. Mais en vain.

FLOPS

Steven Gerrard

« Même lui, on ne le voit pas aboyer ou réveiller cette équipe », s’emporte Ali Benarbia. Impuissant et surtout moins performant que par le passé, le capitaine des « Three Lions » n’a ni réussi à sonner la révolte, ni fait la différence. « Frank Lampard aurait pu faire du bien à l’Angleterre car Gerrard n’était pas trop bien », note Ali Benarbia.

L'état d'esprit des Anglais

Même s’ils ont réussi à égaliser après un gros temps fort, on a longtemps cherché le fameux « fighting spirit » anglais. « L’Uruguay a montré un peu plus que les Anglais qu’elle voulait gagner cette rencontre, notait Ali Benarbia à la pause. Je ne ressens pas une âme collective dans cette équipe anglaise. Ils sont dans une période d’attente. Il va falloir qu’ils se trouvent une âme. » 

Le jeu rugueux des Uruguayens

« Je les trouve limite, ça tacle dans tous les sens », regrette Grégory Coupet. Fidèle à sa réputation, la Celeste n’a pas fait dans la finesse. A l’image de Diego Godin qui aurait dû être expulsé après un coup sur Sturridge, l’Uruguay s’est lâché. Un peu trop.

La rédaction