RMC Sport

La Fifa pousse pour faire jouer les nations sud-américaines en Europe

Selon plusieurs médias anglais, la Fifa tenterait de convaincre les fédérations sud-américaines de disputer les rencontres internationales du mois de mars en Europe afin de pouvoir bénéficier de leurs joueurs, dont certains seront bloqués par les clubs.

La trêve internationale qui pointe à l'horizon à partir du 22 mars s'annonce problématique. En raison de la crise du coronavirus, plusieurs clubs européens ont déjà annoncé qu'ils ne libéreraient pas les joueurs pour leur sélections, situées dans des pays où la pandémie bat son plein comme le Brésil, le Portugal, deux pays placés sur la "liste rouge" par la gouvernement britannique. Selon le protocole sanitaire en Grande-Bretagne, chaque ressortisant d'un pays sur la "liste rouge" (ce n'est pas le cas de la France) par le gouvernement doit observer 10 jours de quarantaine à leur entrée sur le Royaume.

Jürgen Klopp, manager de Liverpool, s'oppose déjà aux départs d'Alisson, Fabinho, Roberto Firmino, Sadio Mane et Naby Keita. Ole Gunnar Solskjaer, son confrère de Manchester United, est décidé à mettre son veto sur la libération de Bruno Fernandes. Idem à Manchester City pour Gabriel Jesus et Sergio Aguero.

Cela pourrait aussi concerner les clubs français et notamment le PSG avec ses internationaux sud-américains. Pour éviter une rétention massive des stars par les clubs, la Fifa chercherait des solutions. Selon The Sun, la fédération internationale tenterait de convaincre les dirigeants des fédérations sud-américaines de disputer leurs matchs de qualifications à la Coupe du monde 2022 en Europe, où évoluent leurs stars.

Le mois dernier, la Fifa a indiqué qu'elle n'appliquerait pas les règlements internationaux normaux sur la libération des joueurs où les restrictions de Covid, y compris la quarantaine, s'appliqueraient. Cela avait rendu furieux les dirigeants des fédérations qui avaient proposé de reporter les rencontres de ce mois, qui incluent les chocs entre le Brésil et l'Argentine, puis entre l'Argentine et l'Uruguay. Mais le tournoi de qualification sud-américain a déjà quatre matches de retard, conséquence directe de la pandémie. La proposition de délocalisation de la Fifa aurait essuyé un premier refus mais la fédération internationale se montrerait très insistante sur le sujet.

Nicolas Couet Journaliste RMC Sport