RMC Sport

M’Boma : « Avec Eto’o, c’est beaucoup mieux »

Patrick M'Boma

Patrick M'Boma - -

Dans l’Intégrale Sport sur RMC, Patrick M’Boma s’est félicité de la qualification du Cameroun pour la Coupe du monde 2014. L’ancien attaquant a surtout souligné l’importance de Samuel Eto’o chez les Lions Indomptables.

Patrick, que représente cette qualification pour la Coupe du monde 2014 ?

Une qualification pour la Coupe du monde ça n’arrive, au mieux, que tous les quatre ans. C’est toujours la grande fête dans un pays où le football est le premier ambassadeur. C’est extrêmement important. 

Quelles seront les chances du Cameroun lors de ce Mondial ?

Avec sept ou huit mois pour préparer une Coupe du monde, il peut y avoir de bonnes choses, mais aussi de moins bonnes. Le mieux, c’est d’attendre le 6 décembre et le tirage au sort pour en dire un peu plus. Ça va être l’euphorie mais cette équipe du Cameroun reste, pour moi, en convalescence. Elle n’est pas encore l’équipe qu’elle devrait être au vu des joueurs qu’elle présente. On va essayer de panser un peu les plaies et espérer qu’il y aura de l’apaisement. 

Samuel Eto'o est-il incontournable dans cette équipe ?

Quand il a dit pour la énième fois qu’il arrêtait la sélection, j’ai dit que ce n’était pas possible et qu’il y avait une Coupe du monde devant. Le Cameroun avec Eto’o, c’est quand même beaucoup mieux. J’ai imaginé que pour les Tunisiens, c’était d’une importance capitale de savoir si Eto’o serait là ou pas pour ces deux matchs de barrages (0-0, 4-1).

Les souvenirs de la qualification pour les quarts de finale, lors de l'édition 1990, sont-ils encore présents dans les esprits ?

Ça avait été une fête nationale, un moment de liesse pour toute une nation et tout un continent. Mais si on est un peu plus regardant, ça reste quand même le seul exploit du Cameroun en Coupe du monde, car les cinq autres fois il n’a pas passé le premier tour. C’est quelque chose de très frustrant car depuis 1990, le Cameroun a toujours suscité beaucoup d’espoirs pour repartir au final avec pas mal de désillusions. Mais j’ose croire qu’au Brésil, nous n’aurons pas le même sort qu’en Afrique du Sud, où on avait été désastreux (trois défaites en trois matchs en 2010, ndlr).

A lire aussi :

>> Aurier : « Magnifique ! »

>> Le Cameroun à nouveau au rendez-vous

>> La Côte d’Ivoire verra le Brésil

Intégrale Sport