RMC Sport

Ochoa en plein buzz mondial

Guillermo Ochoa

Guillermo Ochoa - -

Au lendemain de Brésil-Mexique (0-0) à Fortaleza, la performance de Guillermo Ochoa a révélé le gardien mexicain au monde entier. Bientôt sans club, le gardien d’Ajaccio suscite l’admiration. Et attire les convoitises.

« Fortaleza » signifie forteresse en portugais. Et est désormais synonyme d’Ochoa, au Mexique. Au grand désespoir de Neymar et ses coéquipiers, comme impuissants face à cette muraille infranchissable. « C’était le match de ma vie, raconte l’homme qui fêtait sa 59e sélection. Réaliser cela lors d’une Coupe du monde, devant tous ces fans, c’est incroyable ! » Les plus anciens se rappelleront de l’arrêt du gardien anglais Gordon Banks sur Pelé en 1970. Toujours aussi flegmatique, il remet son bandeau correctement et relève ses manches, en attendant sa prochaine mise à contribution. Un nouvel arrêt sur une tête surpuissante de Thiago Silva ? Il se relève, impassible. Premier portier à effectuer six arrêts dans le même match au cours de ce Mondial, « Memo » Ochoa a notamment stoppé une tête de Neymar. « Celui-ci est le plus compliqué, près du poteau en plus – c’est mon favori », ajoute le Mexicain.

Et cette performance de haut vol n’a échappé à personne. D’abord, la presse mexicaine qui ne lésine pas sur les superlatifs. « Mémo-rable », titre avec un jeu de mot le quotidien mexicain Estadio. « Le héros », renchérit Excelsior. « Le titan », choisit pour sa part Dia Siete. Et Internet n’a pas tardé à saluer le match incroyable d’Ochoa, même avant le coup de sifflet final. Les comparaisons sont toutes aussi improbables que burlesques : Gandalf du Seigneur des Anneaux, Superman, le Christ Rédempteur, Matrix, un homme à six doigts ou encore Hulk. Mais l’essentiel est ailleurs, avec la demande en mariage de la belle chanteuse et actrice mexicaine Thalia, qui a écrit sur son compte Twitter « Ochoa, épouse-moi ».

Sans club le 1er juillet

Conséquence immédiate de son match exceptionnel : Ochoa est un homme courtisé… et pas que par ses plus fidèles supportrices ! Par de nombreux grands clubs européens surtout, comme Arsenal ou Liverpool en Angleterre. Car aussi incroyable que cela puisse paraître, l’homme du match d’hier soir sera libre à la fin du mois de juin, après trois saisons passées à Ajaccio en Ligue 1. Contrôlé positif au clenbutérol (un anabolisant) lors de la Gold Cup en 2011 (il a ensuite été blanchi), sa venue en Corse avait surpris beaucoup de monde à l’époque, lorsqu’il quitte la Ligue mexicaine plutôt riche pour le plus petit budget de l’élite française. Star dans son pays, il devient le chouchou du public ajaccien.

« On va discuter avec mon agent de toutes les options que l’on va avoir, comme ça on fera le meilleur choix pour moi », confie Ochoa au sujet des rumeurs sur son avenir. Et quand un journaliste le relance pour lui demander s’il veut rester en France, Ochoa répond : « Oui, oui, bien sûr. C’est ma priorité. Mais pour l’instant, je reste concentré sur le Brésil. » Un choix payant.

A lire aussi : 

>> Brésil : toujours pas l'air d'un favori...

>> Les tops et flops de Brésil-Mexique

>> EN IMAGES : Les plus belles parodies d'Ochoa

La rédaction