RMC Sport

Pienaar, au nom de la mère

Steven Pienaar est surnommé le Simao africain

Steven Pienaar est surnommé le Simao africain - -

C'est la star de l'Afrique de Sud. Steven Pienaar est aussi un joueur à l'itinéraire pas tout à fait rectiligne.

A 28 ans, Steven Pienaar est la star des Bafana Bafana. Le seul joueur sud-africain capable d’évoluer au plus haut niveau et d’incarner le rêve d’un peuple fou de foot. « Tous les regards vont être tournés vers notre pays, assure le milieu d’Everton. À nous de montrer à quoi il ressemble et de quoi il est capable. »

Fier de ses racines, ce natif de Westbury, un quartier chaud de Johannesburg, a vécu la dure réalité des ghettos. Entre la violence des gangs et les trafics en tous genres. Chez lui, il ne regarde la télé qu’à même le sol. « On ne savait jamais si une balle allait traverser la fenêtre, raconte-t-il. A terre, on était en sécurité… »

Le gamin n’est pas à l’abri des mauvaises rencontres. « Parfois, je trainais avec des gars et je faisais de sales choses. Vous savez comme c’est ici… » Mais Denise, sa mère, une femme forte, veille et remet toujours son fils dans le droit chemin. Elle sera son ange gardien. Aujourd’hui, « Schillo », le surnom que lui ont donné ses amis en référence à Toto Schillaci, l’avant-centre de l’Italie au Mondial 1990, célèbre ses buts en exhibant un tee-shirt où il la remercie.

C’est d’ailleurs elle qui, en 1999, l’inscrit à l’Académie de l’Ajax Cape Town, club sud-africain dont la formation est supervisée par le grand club néerlandais éponyme. Il rejoint les Pays-Bas à 19 ans et accumule les honneurs avec les Lanciers (2 titres de champion en 2002 et 2004 ; 2 Coupes nationales en 2002 et 2006). Il côtoie des joueurs de la qualité de van der Vaart, van der Meyde, Sneijder ou encore Ibrahimovic.

En 2006, son transfert au Borussia Dortmund, où il est annoncé comme le successeur de Tomàs Rosicky, est un échec. Il rebondit à Everton en fin de saison. Depuis, celui que l’on surnomme aussi le « Simão africain » pour sa vitesse, sa percussion et sa lecture du jeu s’est imposé dans le rude championnat anglais. Manchester United et le Bayern Munich lui font les yeux doux. Lui ne rêve que d’une chose : faire briller le drapeau arc-en-ciel, chez lui, en Afrique du Sud.

Marc Ambrosiano à Johannesburg