RMC Sport

Riolo : « Heureuse Hollande… »

-

- - -

Retour sur la folle qualification des Pays-Bas en quart de finale du Mondial, face au Mexique (2-1).

Riolo : « Heureuse Hollande… » Retour sur la folle qualification des Pays-Bas en quart de finale du Mondial. Personne n’avait dit aux Mexicains que toutes les options défensives, les choix afin de préserver un résultat, étaient interdits dans ce Mondial ? Pourquoi dans ce match globalement maîtrisé, dans ce match où les Pays-Bas avaient surtout brillé par leur maladresse offensive… Pourquoi le Mexique a reculé aussi vite ? Partout, ils avaient été bons, Ochoa, Marquez, Guardado, Herrera, Peralta. La technique, les passes, tout était mieux de leur côté. La Hollande n’a rien proposé. Robben a comme d’habitude été très dangereux, mais Van Persie inexistant. Sneijder ? Transparent. En reculant, en abandonnant le jeu, en acceptant le jeu dans leur camp, ils ont concédé des corners, des occasions… Choix tactique ou trouille inconsciente ? Qu’est ce qui a conduit à cette attitude si négative ? En fin de match, suite à un corner, Sneijder a réalisé son seul bon geste dans ce match : but ! Une poignée de minutes plus tard, Robben place une accélération classique, Marquez se couche et commet la terrible faute. Peno, but ! Rafa Marquez, le héros, celui qui ne voulait plus jouer, qui est revenu à la demande du sélectionneur pour être le capitaine, une dernière fois… Pour la deuxième fois de son histoire, le Mexique était en quart. Mais en cinq minutes, les Pays-Bas ont renversé la partie. Un scenario dramatique comme la Coupe du monde en propose souvent. Depuis le début du Mondial, depuis ce 5-1 infligé à l’Espagne, je dis que cette équipe néerlandaise n’est pas aussi forte qu’on veut bien le dire. Tout est surfait chez eux ! Pas de jeu, peu de talent, une sorte de néant surmonté d’un Robben en feu. Pourtant ils sont en quarts. Le programme vers les demies est même allégé… C’est incroyable. Personne n’avait dit aux Mexicains que toutes les options défensives, les choix afin de préserver un résultat, étaient interdits dans ce Mondial ?

Pourquoi dans ce match globalement maîtrisé, dans ce match où les Pays-Bas avaient surtout brillé par leur maladresse offensive… Pourquoi le Mexique a reculé aussi vite ? Partout, ils avaient été bons, Ochoa, Marquez, Guardado, Herrera, Peralta. La technique, les passes, tout était mieux de leur côté. La Hollande n’a rien proposé. Robben a comme d’habitude été très dangereux, mais Van Persie inexistant. Sneijder ? Transparent. En reculant, en abandonnant le jeu, en acceptant le jeu dans leur camp, ils ont concédé des corners, des occasions… Choix tactique ou trouille inconsciente ? Qu’est ce qui a conduit à cette attitude si négative ?

En fin de match, suite à un corner, Sneijder a réalisé son seul bon geste dans ce match : but ! Une poignée de minutes plus tard, Robben place une accélération classique, Marquez se couche et commet la terrible faute. Peno, but ! Rafa Marquez, le héros, celui qui ne voulait plus jouer, qui est revenu à la demande du sélectionneur pour être le capitaine, une dernière fois…

Pour la deuxième fois de son histoire, le Mexique était en quart. Mais en cinq minutes, les Pays-Bas ont renversé la partie. Un scenario dramatique comme la Coupe du monde en propose souvent. 

Depuis le début du Mondial, depuis ce 5-1 infligé à l’Espagne, je dis que cette équipe néerlandaise n’est pas aussi forte qu’on veut bien le dire. Tout est surfait chez eux ! Pas de jeu, peu de talent, une sorte de néant surmonté d’un Robben en feu. Pourtant ils sont en quarts. Le programme vers les demies est même allégé… C’est incroyable.

A lire aussi : 

- Les Pays-Bas font craquer le Brésil

- La Coupe du monde en live intégral

- Toute l'actu du Mondial

Daniel Riolo