RMC Sport

Ruud Krol : «32 ans, c’est long ! »

Ruud Krol

Ruud Krol - -

Joueur mythique des Pays-Bas et de l’Ajax Amsterdam, Ruud Krol a accordé un entretien à RMC Sport. Il évoque sa carrière avec ses deux finales mondiales perdues en 74 et 78 ainsi que la finale entre les Néerlandais et les Pays-Bas dimanche à Johannesburg.

Vous avez disputé deux finales de Coupe du Monde (1974 et 1978), que ressentez-vous à l’idée de savoir que d’autres Néerlandais sont en finale ?
Beaucoup d'émotion. Ca fait 32 ans, c'était long ! Nous sommes un tout petit pays, 16 millions d'habitants, un million de licenciés, on ne peut pas toujours être au plus haut niveau. Je suis très heureux. Je suis allé voir l'équipe plusieurs fois s'entraîner, ici en Afrique du Sud, presque tous les jours. Je me sens proche d'eux, c'est un sentiment très spécial.

Reste-t-il une cicatrice de ces deux finales perdues ? Avez-vous tourné la page ?
Il reste une blessure profonde. Je n'ai pas tourné la page. C'est très triste de ne pas avoir été champion du monde avec une équipe qui jouait si bien ! J'ai deux médailles d'argent, mais je les échangerais contre une seule en or ! Si on gagne la finale dimanche, ce sera plus facile pour moi de passer à autre chose. Sinon, on restera encore et toujours ceux qui jouent bien et ne gagnent rien. Certes, l'équipe de 1988 a remporté l'Euro, mais pas la Coupe du Monde 1990. Et la Coupe du monde, c'est autre chose.

Quels souvenirs gardez-vous de 74 et 78 ?
En 1974, en Allemagne, c'était génial. En Argentine, l'ambiance était mauvaise. On ne pouvait pas sortir de l'hôtel à cause du climat politique. En 1974, on avait une meilleure équipe. La base, c'était le système de jeu de l'Ajax. Six joueurs d'Amsterdam, plus quelques-uns de Feyenoord. On a démarré difficilement contre l'Uruguay, les deux buts de Rep nous ont libérés. On est monté en puissance, avec en apothéose le match contre le Brésil, champion du monde en titre. La finale contre l'Allemagne est une terrible déception. On les battait 4 fois sur 5, malheureusement, on est tombés sur la cinquième. On a dominé le match, ils marquent sur un penalty que je pense inexistant. Puis le deuxième but est chanceux. En deuxième mi-temps, ils n'ont pas approché notre but mais Sepp Maier (le gardien allemand) était dans la forme de sa vie.

« J’aimerais qu’ils soient plus offensifs »

L'équipe de 2010 est-elle une héritière de celle des années 70 ? Bert Van Maarwijk dit qu'il préfère sacrifier le spectacle si son équipe gagne...
Ils sont plus défensifs avec 6 joueurs défensifs et 4 attaquants. C'est moins spectaculaire, mais ça marche. Robben, Sneijder, Van Persie et Kuyt peuvent tout de même marquer à tout moment. J'aime bien leur jeu, mais c'est vrai que j'aimerais qu'ils soient plus offensifs. Peut-être qu'eux aussi d'ailleurs ! Par exemple, ils ont marqué un but fabuleux contre l'Uruguay, celui de Van Bronckhorst. Mais ensuite, ils ont trop reculé.

L'Espagne joue très bien, un jeu porté vers l'avant, qu'en pensez-vous ?
L'Espagne est très influencée par l'école hollandaise : Michels dans les années 70, Cruijff dans les années 90, puis Van Gaal et Rijkaard dans les années 2000. Ils ont la même philosophie : il vaut mieux tenir le ballon que courir après, et ça ils l'ont pris aux Hollandais. On le voit avec le jeu de Barcelone. D'ailleurs, Guardiola faisait partie de l'équipe en or de Cruijff, et c'est ce qu'il fait. Mais leur seul problème, c'est qu'ils ont plus de mal à marquer des buts que les Néerlandais.

Pour finir, serez-vous le prochain sélectionneur des Pays-Bas ?
Non ! Certainement pas. Bert Van Maarwijk doit continuer. Il fait un super boulot. Tout le monde doit être derrière lui. J'espère qu'il gagnera aussi l'Euro 2012 !

P.D. et P.T. à Johannesburg