RMC Sport

Turquie-Tunisie: Cenk Tosun explique pourquoi il a craqué et fait un geste d'égorgement

-

- - AFP

L'attaquant a été expulsé vendredi lors du match amical de sa sélection contre la Tunisie (2-2). Le buteur turc a pris un carton rouge pour s'être emporté contre des supporters. Il raconte la scène et les raisons de sa fureur: il pensait que son père était agressé dans les tribunes.

Les esprits se sont échauffés vendredi au stade de Genève, en Suisse, où la Tunisie affrontait la Turquie en match de préparation au Mondial 2018 (2-2). Le match a été interrompu quelques instants peu avant l'heure de jeu. Alors que les Tunisiens venaient d'égaliser à 1-1, Cenk Tosun, premier buteur turc, a craqué. Furieux, il s'est tellement énervé contre des spectateurs en tribunes qu'il a dû être retenu par ses coéquipiers. Il a même mimé un geste d'égorgement avant d'être expulsé par l'arbitre M. Alain Bieri.

"Je les ai menacés pour qu'ils lâchent mon père"

Au quotidien turc A Sport, Cenk Tosun a expliqué les raisons de son craquage: il pensait que son père et des membres de sa famille étaient pris à partie par des supporters et avaient été touchés par des fusées éclairantes. "J'ai tourné la tête et j'ai vu mon père dans une rixe. Je l'ai vu crier", confie-t-il.

Alors, le joueur d'Everton s'est emporté contre les personnes qui entouraient son père. "J'étais furieux, je les ai menacés pour qu'ils lâchent mon père et s'éloignent. Avec le recul, ce n'était pas vraiment la meilleure façon de gérer cet incident", poursuit-il.

"Je suis humain, je n'ai pas pu me retenir"

"D'habitude, je suis très calme. Là, j'ai perdu le contrôle, un voile rouge m'est tombé dessus", a encore déclaré Tosun, qui présente quand même ses excuses à ses coéquipiers et aux supporters turcs: "Quand on porte le maillot de l'équipe nationale, on doit agir de façon responsable. (...) Je suis un joueur pro, mais je suis aussi humain."

"Je suis très proche de mon père, qui a joué un grand rôle dans ma carrière. Quand j'ai vu ce qu'il se passait dans les tribunes, je n'ai pas pu me retenir. J'étais très inquiet pour mon père. Tout ce que je peux faire, c'est m'excuser."

VIDEO >> Le best-of du Grand Week-End Sport du samedi 02 juin

N.B