RMC Sport

Valcke : « Nous n’accepterons pas de délai supplémentaire »

Jérôme Valcke

Jérôme Valcke - -

Il y a un an, Jérôme Valcke s’était mis le Brésil à dos en déclarant que le pays devrait se donner « un coup de pied aux fesses » pour rattraper le retard observé dans la construction des stades du Mondial 2014. Invité de Luis Attaque, le secrétaire général de la FIFA se montre fataliste, mais ferme.

La Coupe des Confédérations qui débute ce samedi va-t-elle donner des indications pour l’organisation de la Coupe du monde qui aura lieu dans un an au Brésil ?

C’est en tout cas un vrai test pour les six premiers stades qui seront également utilisés pendant la Coupe du monde au Brésil. Ensuite, il faudrait qu’on en ait six de plus. Mais c’est vrai que c’est le test parfait, aussi bien pour nous que pour les Brésiliens pour comprendre ce que signifie une organisation de Coupe du monde. Ce qu’on appelle un « stade de Coupe du monde » n’a rien à voir avec un stade qu’on utilise normalement.

Selon vous, la Coupe du monde sera-t-elle une réussite ?

De toute façon, il n’y a pas le choix. Il y a eu des retards sur les stades de la Coupe des Confédérations. Nous avons été fermes. Les six stades restant pour la Coupe du monde doivent être impérativement livrés en décembre prochain. Nous n’accepterons pas de délai supplémentaire. La Coupe des Confédérations est un petit test. La Coupe du monde est un évènement monumental avec le nombre de médias qui viennent, le nombre de spectateurs, etc… C’est pour cela qu’on ne peut pas se permettre de recevoir les stades aussi tard que nous les avons reçus pour la Coupe des Confédérations.

Tout sera-t-il mis en œuvre au niveau de la sécurité pour que cela se passe bien ?

La sécurité est un problème d’Etat. Ce n’est pas un problème lié à la Fifa. Le Brésil est un pays qui a toutes les forces nécessaires pour mettre en place la sécurité nécessaire pour que rien ne puisse arriver durant la Coupe du monde. Je ne suis pas inquiet. Bien évidemment, il faut que tout le monde fasse attention. Il y a des endroits où on ne va pas tout comme on ne va pas dans certains endroits à Paris. Dans la mesure où on respecte un certain nombre de règles, il n’y aura pas de problème de sécurité durant la Coupe du monde.

L’accueil des supporters pourra-t-il se faire dans les meilleures conditions ?

Il est nécessaire de mettre en place des structures temporaires parce qu’un certain nombre de travaux ne seront pas finis pour la Coupe du monde, notamment au niveau des aéroports. Il faut que les autorités brésiliennes mettent en place un certain nombre de structures temporaires pour que les contrôles des passeports, par exemple, soient plus faciles et plus fluides. Ce qui est compliqué pour les supporters, c’est que le Brésil est un pays qui est devenu très cher. Son économie croît à une vitesse incroyable. C’est vrai que les prix sont élevés.

Sportivement, la Fifa est-elle inquiète de constater que certains pays ne sont pas encore assurés d’aller au Mondial, à l’image de la France, l’Angleterre, la Suède, le Portugal ou l’Uruguay ?

Ce qu’on veut, c’est que les 31 meilleures équipes soient au Brésil. Il y a certaines équipes que l’on souhaiterait ardemment qu’elles soient présentes. Mais la beauté du football, c’est qu’il puisse y avoir des petits poucets, comme ça arrive en Coupe de France, comme ça peut arriver dans différentes compétitions. C’est génial.

A lire aussi :

>> Mondial 2014 : Le Brésil au stade des interrogations

>> Mondial 2014 : La résurrection du Maracanã

>> Pelé : « L’Allemagne et l’Espagne sont favoris »

Luis Attaque