RMC Sport

Di Stefano, une étoile du foot s’est éteinte

Alfredo Di Stefano

Alfredo Di Stefano - -

Victime d’une crise cardiaque il y a 48 heures, l’Argentino-espagnol Alfredo di Stefano est décédé ce lundi à Madrid à l'âge de 88 ans. Le football mondial pleure l’une de ses légendes, cinq fois championne d’Europe avec le Real Madrid.

Tel un ultime clin d’œil au destin qui l’a fait roi, Alfredo Di Stefano est décédé ce lundi à Madrid en pleine Coupe du monde. Un raccourci pour ce monument du football, né de l’autre côté de l’Atlantique, en Argentine en 1926, et qui vient de nous quitter en Espagne, sa seconde patrie. Victime d’un très sérieux arrêt cardiaque qui l’avait plongé dans le coma il y a deux jours dans la capitale espagnole, le double Ballon d’or (1957 et 59) faisait partie de cette caste d’exception. Ce cercle très fermé des légendes vivantes auquel appartient Pelé, Maradona, Platini, Cruyff, Eusebio, Puskas, Zidane, Best ou encore Beckenbauer. Pour bien situer le phénomène qu'il était.

Deux fois champion d’Argentine avec River Plate, c’est sous le maillot du Real Madrid que cet attaquant polyvalent va écrire sa légende, en explosant à la face du monde et remportant cinq Coupes d’Europe des clubs champions. Maitre à jouer de la Maison blanche, il décroche également huit titres de champion d’Espagne et une Coupe Intercontinentale. Pour un total astronomique de 504 buts en 661 matches officiels. Autre particularité, Di Stefano a porté les tuniques de trois sélections nationales (Argentine, Colombie, Espagne), lui qui avait conservé la double nationalité argentino-espagnole.

Président d'honneur du Real Madrid

« Cela a été un joueur tout à fait exceptionnel, souligne, ému, Michel Hidalgo qui, sous le maillot du Stade de Reims, s’était frotté au mythe lors de la finale perdue de C1 face au Real en 1956. C’était un joueur qui faisait les différences. Lors de la première finale européenne, c’est lui qui nous a battus. On a perdu 4-3, on a même menés 3 à 2. Ce joueur tout à fait exceptionnel a fait le résultat lui seul. C’était un monsieur également très poli, très agréable. C’est une grosse perte, c’est très dur de voir un joueur de cette valeur disparaître. Il restera l’un des plus grands joueurs de football de tous les temps. »

A l’issue de son exceptionnelle carrière de joueur, Di Stefano connaîtra un parcours d’entraîneur moins flamboyant, mais tout de même ponctué de deux titres de champion d’Argentine et d’une coupe nationale (avec Boca Juniors), la feue Coupe d’Europe des vainqueurs de coupe et la Liga (avec Valence) et la Supercoupe d’Espagne (avec le Real). Avant de devenir à travers le monde un super ambassadeur du club merengue, lui qui avait nommé en 2000 président d'honneur du Real. « Adieu Don Alfredo et merci pour tout ! », s’est empressé de twitter Karim Benzema. Rapide et concis, comme un dribble chaloupé du maestro qui s’en est allé.

GM avec LA