RMC Sport

Document : la lettre des arbitres à Fernand Duchaussoy

-

- - -

Vendredi soir sur RMC, le président de la Fédération française de football faisait état d’une lettre du SAFE, le syndicat des arbitres de l’élite, dont il déplorait les « revendications avant tout financières ». Nous nous sommes procuré une copie de ce courrier, qui a mis le feu aux poudres… et confirme partiellement les dires du patron de la FFF.

Dans cette lettre recommandée avec accusé de réception, longue de trois pages, le président du SAFE (Syndicat des Arbitres de football élite) déplore différents épisodes intervenus depuis le début de la saison : mansuétude de la commission d’éthique vis-à-vis des joueurs et des dirigeants de clubs au comportement antisportif, problèmes de communication avec les dirigeants de la FFF, réunions reportées… Il y est question de « méprise », d’« absence totale de considération », de « fermeture au dialogue ». Le malaise est palpable à chaque ligne. Mais on y parle aussi business avec cet avertissement (lire ci-contre) : « les 5 et 6 mars, tous les matchs débuteront avec 15 minutes de retard, les quatuors seront équipés de tenues Adidas et le sponsor maillot sera dissimulé sous un autocollant portant ce slogan : RESPECT ! ». C’est cette phrase qui a manifestement provoqué le courroux de Fernand Duchaussoy, qui estimait vendredi soir sur RMC que les revendications des arbitres de l’élite étaient « avant tout financières ».

-
- © -

Depuis le début de l’année, la FFF est sous contrat avec Nike, et les arbitres réclament (pour l’instant en vain) une revalorisation de leur part. D’où la volonté d’arborer des tenues de l’ancien équipementier, en signe de protestation. La réunion prévue ce mercredi midi au ministère des Sports avec l’ensemble des instances concernées (Ligue de Football Professionnel, Syndicat des Arbitres de Football d'Elite, Union des Clubs Professionnels de Football, Direction Nationale de l'Arbitrage, Association Française du Corps Arbitral Multisports…) s’annonce pour le moins animée.

J. Re. et J.-F. P.