RMC Sport

A. Diarra : « Gourcuff a sa place dans la liste »

Alou Diarra

Alou Diarra - -

Avant l’annonce de la sélection pour France-Brésil (9 février), ce jeudi (14h), le capitaine des Girondins défend son ancien coéquipier, en grande difficulté sportive, cette saison, avec Lyon.

Alou Diarra, la liste de Laurent Blanc va être dévoilée ce jeudi. Ce France-Brésil est-il particulier pour vous ?
Quand on est un compétiteur, jouer un France-Brésil, ce n’est pas rien. Pour tous les supporters français, ça rappelle des bons souvenirs. Le Brésil reste quand même une référence. Les Brésiliens évoluent dans les plus grands clubs européens. Ce sont des joueurs de classe. Ils ont des gros talents dans leur équipe. A nous de montrer qu’on peut être costaud. Ça va être un bon test.

Estimez-vous qu’au vu de ses performances plutôt moyennes, Yoann Gourcuff mérite sa place en équipe de France ?
Evidemment que Yoann a sa place dans la liste. Il fait partie des bons joueurs à son poste. Il ne faut pas juger les joueurs sur un match ou deux. Il a montré de très bonnes choses, il a été décisif lors des dernières sorties en sélection. Il fait partie du groupe France. Il a de l’expérience. Certes, il est en difficulté parce qu’il est dans un nouveau club mais à Lyon, il faut qu’il trouve son rythme de croisière. Lyon verra dans quelques temps qu’ils ont fait une bonne affaire. Il faut lui lasser le temps de prendre ses marques, de s’adapter au système de jeu. Tout cela prend du temps et il ne faut pas sous-estimer cette période d’adaptation.

Quelle est votre position concernant Patrice Evra qui a purgé ses cinq matches de suspension ?
Evra n’est plus suspendu et il est performant avec son club. C’est un des meilleurs à son poste. Il est donc susceptible d’être appelé comme plein d’autres joueurs. Mais c’est le sélectionneur qui va trancher.

Comment avez-vous perçu les dernières déclarations de la ministre des sports qui n’est pas favorable au retour des « mutins » de Knysna ?
Je considère que le sport et le politique sont incompatibles. Je n’aime pas trop voir mélanger ces deux domaines. Après Chantal Jouanno a le droit d’avoir son propre point de vue. C’est une supportrice des Bleus et en plus, elle est ministre des sports. Sa parole a donc du poids. Mais nous les joueurs, on essaie de mettre derrière nous tout ce qui s’est passé en Afrique du Sud. On a tiré un trait sur le Mondial 2010. Reparler de la Coupe du monde nous replonge dans notre chaos sud-africain. Nous, les joueurs on veut passer à autre chose et se projeter dans l’avenir.