RMC Sport

Abily : « La hiérarchie a été respectée »

Camille Abily

Camille Abily - -

L’attaquant française ne s’alarme après la défaite des Bleues face aux Etats-Unis (4-2), ce mercredi en ouverture du tournoi olympique. Elle espère désormais que ce revers servira de fondement à un joli parcours.

Camille, quelle est l’ambiance dans le groupe après cette défaite ?

Nous sommes déçues, forcément. Comme on menait 2-0, on espérait mieux. On va bien récupérer et se concentrer sur les autres matches. Heureusement, ce n’était qu’un match de groupe, donc ce n’était pas décisif. Il faudra se rattraper contre la Corée du Nord (samedi) si on veut se qualifier.

Vous ne semblez pas inquiète…

On savait à quoi s’attendre en jouant les Américaines. On espérait faire un meilleur résultat mais la hiérarchie a été respectée. Elles nous étaient supérieures sur le terrain. Il reste deux autres matches. Les deux premiers de chaque groupe et les deux meilleurs troisièmes se qualifient pour les quarts de finale. Il y a vraiment la place pour se qualifier.

Aviez-vous prévu de faire douter les Américaines ?

Elles ont été surprises parce qu’elles ne s’attendaient peut-être pas à ce qu’on marque aussi rapidement et qu’on mène 2-0. Elles sont vite revenues et c’est ce qui nous a fait mal. On savait qu’elles étaient très bonnes sur coups de pied arrêtés et que le jeu en déviation de Wambach faisait mal. Malgré les consignes, on n’a pas réussi à les empêcher d’être dangereuses. Elles ont été supérieures au niveau de la puissance et de l’impact athlétique.

« Les Etats-Unis sont au-dessus de toutes les autres équipes »

Avez-vous ressenti une vraie différence de niveau entre les deux équipes ?

Les Etats-Unis sont au-dessus de toutes les autres équipes. Sur un match, elles sont prenables. Aujourd’hui (mercredi), on n’a pas réussi à le faire. Ça reste un match de haut niveau, toujours bon à jouer. Ça pourra nous servir si on les rejoue plus tard, en finale. On n’est pas démoralisées et notre objectif est toujours d’aller chercher une médaille.

Lorsque vous meniez 2-0, pourquoi n’avez-vous pas décidé de fermer le match ?

C’est ce qu’on s’est demandé à la fin du match. Mais on a mené 2-0 au bout de 20 minutes de jeu. On savait que, si on reculait, elles nous auraient mis la pression sur les ballons aériens. Si on rejoue contre elles, on changera peut-être de stratégie. On s’adaptera différemment. Mais on a aussi eu d’autres occasions et on aurait pu marquer.

Vous attendiez-vous à mener 2-0 après 20 minutes de jeu ?

Non, on n’imaginait pas ça. Quand on a marqué, on s’est surtout dit de rester concentrées et de ne pas s’enflammer. On savait que c’était une très bonne équipe. On ne les a pas prises de haut du tout. Les déviations de Wambach, leur jeu de tête, leur puissance et la vitesse de Morgan nous ont fait très mal.