RMC Sport

Accueil chaleureux pour les Bleus

Laurent Blanc et ses hommes sont arrivés à Donetsk

Laurent Blanc et ses hommes sont arrivés à Donetsk - -

Les joueurs de l’équipe de France sont arrivés hier à 19h15 (18h15, heure française) à Donetsk. Des Bleus accueillis avec les honneurs des autorités locales et les applaudissements d’une centaine de supporters locaux.

Il ne fallait pas être trop exigeant avec le service d’ordre de l’aéroport de Donetsk. Alors qu’une quarantaine de journalistes attend l’avion de l’équipe de France, les autorités ukrainiennes tentent de contenir tant bien que mal cameramen et photographes. Mais quand les policiers en uniformes tendent des ballons à faire signer à Blanc et ses joueurs ou se font prendre en photo, on se dit que la mission s’avèrera impossible. C’est dans ce joyeux bazar que les Bleus sont arrivés en Ukraine. Il est 19h15, heure locale, quand leur avion se pose sur le tarmac de l’aéroport. Soleil couchant dans le dos, Laurent Blanc et Noël Le Graët sont les deux premiers à poser le pied sur le sol d’Ukraine.

Le sélectionneur et le président de la FFF sont accueillis par le maire de Donetsk, M. Lukyanchenko, le président de la région et les officiels de la Fédération ukrainienne. Trois jeunes filles en costume traditionnel tendent des ballons à faire signer par Blanc, puis le défilé des joueurs s’enchaine, direction le car de l’équipe qui attendait-là depuis plusieurs heures et qui devait les emmener à leur camp de base de Kirsha, à une petite vingtaine de kilomètres du centre-ville. Sur le véhicule, comme pour toutes les nations qualifiées, était inscrit le mot d’ordre de l’équipe : « Une nouvelle histoire, un nouveau rêve, un même but ». Comme un symbole.

Les Bleus descendent du bus

Quelques mètres après avoir quitté le tarmac, le bus est arrêté par une cinquantaine de fans parmi lesquels figurent une dizaine de membres francophones de l'association Donetsk-Afrique représentants les Africains de la ville. Drapeau bleu, blanc, rouge, cris à la gloire de l’équipe de France… L’accueil semble parfaitement orchestré. Et peu importe si tout cela manque de spontanéité. Pour satisfaire ces supporters ukrainiens, les Bleus (Nasri, Malouda, Rami, Benzema, Ben Arfa notamment) descendent du bus signer quelques drapeaux. « Nous les avons longtemps attendus et les voir descendre du bus était assez inattendu, salive Tatiana. J’ai même eu un autographe de mon joueur préféré : Hatem Ben Arfa. C’était vraiment chouette et gentil de leur part. » 

Au lendemain de leur départ de France, et après avoir tenté de se racheter une image, les Bleus n’ont pas manqué leurs premiers pas en Ukraine. A tel point qu’ils auraient même gagné des supporters à en croire les locaux. « A partir de maintenant, je les soutiens, lâche Lera. J’aime la France, j’aime beaucoup Paris. Ça provoque chez moi un sentiment de nostalgie quand j’entends parler français. » Lera et Tatiana agitent fièrement leur drapeau en voyant le bus de l’équipe de France filer. L’Euro peut maintenant commencer.

Pierrick Taisne, à Donetsk