RMC Sport

Anelka : « Domenech a réussi à me dégoûter du football »

Nicolas Anelka, lors de son retour en Angleterre après son exclusion de l'équipe de France

Nicolas Anelka, lors de son retour en Angleterre après son exclusion de l'équipe de France - -

Un mois et demi après son exclusion de l'équipe de France, Nicolas Anelka règle ses comptes dans le quotidien France Soir. Pour lui, le principal responsable du fiasco sud-africain n'est autre que Raymond Domenech.

Un mois et demi après son exclusion de l’équipe de France, Nicolas Anelka règle ses comptes dans le quotidien France Soir. Pour lui -comme pour les autres joueurs entendus par la mission d’information de la FFF-, le principal responsable du fiasco sud-africain n'est autre que l'ancien sélectionneur Raymond Domenech.
« Raymond Domenech a réussi à me dégoûter du football », lâche ainsi l'attaquant français. Le joueur de Chelsea avoue même qu’il avait songé à quitter le groupe dès le match de préparation face à la Tunisie (1-1) le 30 mai dernier : « J’avais décidé de quitter l’équipe de France après le match en Tunisie, lors de la préparation. J’étais déjà dégoûté de jouer de cette façon. Mais trois joueurs cadres m’ont demandé de rester pour le groupe. Je suis finalement resté. Je n’aurais pas dû… »

« Je n’ai servi à rien durant ce Mondial »

Conscient d’avoir mal joué durant cette Coupe du monde, Anelka explique qu’il n’évoluait pas à son poste : « Pendant la préparation, mes matches ont été médiocres, pour ne pas dire catastrophiques. Comme durant le Mondial, ce n’était pas moi. Mon plus gros regret est là : ne pas avoir pu évoluer à mon poste. Si le coach voulait prendre un joueur de surface, ce n’est pas moi qu’il fallait choisir. Il s’est trompé sur le casting et je suis le premier à le reconnaître. Je n’ai servi à rien durant ce Mondial. Domenech a réussi à me dégoûter du football, alors que je disputais ma première et dernière Coupe du monde. (…) S’il avait envie de se tuer, il fallait qu’il le fasse tout seul, mais pas avec nous. »

« Ce ne sont pas mes mots »

Concernant le Une de L’Equipe qui a entraîné son exclusion de l’équipe de France, l’attaquant français répète que ce ne sont pas ses mots qui ont été retranscrits à la Une du quotidien sportif le 19 juin. Sans toutefois vouloir les citer : « Je marmonne dans mon coin des choses qui resteront dans le secret du vestiaire. Et qui le resteront. En aucun cas les mots que j'ai pu lire dans L'Equipe. La Une de L'Equipe a créé une guerre entre le coach et les joueurs, puis entre les joueurs et la Fédération. Cet acte est scandaleux. (…) J’aimerais que Domenech avoue à la France et au monde entier que ce ne sont pas mes mots. J’aimerais qu’il ait l’honnêteté de le dire et le répète à sa maman. »

« Si Laurent Blanc avait été là en Afrique du Sud »

Et à quelques heures de la première liste de Laurent Blanc en tant que sélectionneur de l’équipe de France, Nicolas Anelka regrette que l'ancien entraîneur bordelais n'ait pas été en poste plus tôt : « Si Laurent Blanc avait été le sélectionneur des Bleus en Afrique du Sud, nous n’en serions pas là aujourd’hui. »