RMC Sport

Blanc : « Ce ne sont que des gamins »

Laurent Blanc

Laurent Blanc - -

Déçu par la prestation de ses joueurs contre la Belgique ce mardi soir au Stade de France (0-0), le sélectionneur a regretté la jeunesse et le manque d’expérience de son milieu de terrain. Quitte à se montrer assez sec avec certains joueurs.

Laurent, qu’avez-vous pensé de ce match contre la Belgique ?

Quand on vient voir un match, on vient voir des buts. Quand on a un 0-0 avec très peu d’occasions, on s’ennuie un peu. Il faut le reconnaitre. On n’a pas encore fait forcément les bons choix. Sincèrement, on s’attendait aussi à une équipe de Belgique beaucoup plus joueuse. Ça avait été le cas lors de leurs derniers matchs. On s’est aperçu que c’était une équipe assez physique, qui ne s’ennuyait pas à construire du jeu, qui profitait de sa grande taille pour nous mettre en danger. Je crois qu’ils marquent un but sur deux sur coups de pied arrêtés. Ils ont été dangereux deux fois sur ces situations.

Votre analyse est-elle négative après la difficile victoire contre les Etats-Unis (1-0) et cette nouvelle prestation décevante ?

Il faut faire une analyse plus globale. On fait les mauvais choix, oui, je suis d’accord. Techniquement, on peut être meilleur, oui. Parce que les joueurs ont un potentiel supérieur à ce qu’ils ont démontré sur les derniers matchs. Mais ce soir (mardi), on est tendre, naïf. Ce n’est pas la seule explication, mais on a des joueurs qui ne sont que des gamins. Quand tu fais rentrer Maxime Gonalons au milieu de terrain, avec Marvin Martin et Yohan Cabaye, ce sont des enfants. Des enfants, ils ne peuvent pas jouer comme des joueurs expérimentés. La jeunesse, au plus haut-niveau, ça a ses limites. Ce sont les joueurs à disposition en ce moment. Ce sera peut-être les mêmes qui joueront au mois de mai. Mais ce sera peut-être d’autres joueurs. En récupérant les blessés, je pense qu’on sera meilleur. S’ils reviennent eux aussi à leur meilleur niveau.

Ces deux matchs ont-ils servi à quelque chose ?

Le bilan, je le fais l’apport éventuellement des jeunes joueurs qui ont débuté au niveau international. Ça peut être intéressant de faire l’analyse à ce niveau-là. Mais c’est vrai que ces deux matchs amicaux au mois de novembre… Tu peux en tirer des enseignements mais souvent, ce qui se passe au mois de novembre ne se passe pas au mois de mai. Il y a des choses qui peuvent beaucoup changer. Et à cette période, les joueurs ont des échéances très importantes avec leurs clubs. Tous ceux qui sont concernés par la Ligue des champions, ils ont la tête à leurs matchs de la semaine prochaine. C’est le mauvais point du mois de novembre. Mais c’est comme ça pour toutes les nations. C’est rare qu’il y ait des matchs enthousiasmants en novembre. On a été servi, parce que celui-là, comme celui des Etats-Unis, était guère enthousiasmant.