RMC Sport

Deschamps : « Une qualification vitale »

Didier Deschamps

Didier Deschamps - -

Le sélectionneur de l’équipe de France, qui a dévoilé ce jeudi la liste des 24 joueurs appelés pour affronter l’Ukraine en matches de barrages pour la Coupe du monde 2014, a rappelé l’enjeu énorme de ces deux rencontres.

Sur l’Ukraine
« On peut avoir confiance en nous, en nos forces. Il ne faut pas penser que nous sommes qualifiés avant de l’être. L’Ukraine est une équipe de qualité, qui reste sur une série très positive. Ce ne sera pas simple. Nous irons là-bas avec beaucoup d’ambition dans le jeu. »

Sur l’état d’esprit
« A qualités égales, c’est une question de mental, de force psychologique. Il y a peu de temps puisqu’il y a quatre jours entre le match aller et le match retour. Mais j’ai 24 joueurs à disposition. L’important, c’est de ne pas y aller avec des restrictions. Il ne faut pas y aller petit bras. »

Sur la cote d’amour des Bleus
« Chacun est libre d’avoir son analyse. Actuellement, j’ai le sentiment qu’on en revient toujours à la cote d’amour ou de désamour. Certains ont horreur du foot et ça ne changera rien, alors qu’il y a des mômes qui ont toujours envie de voir l’équipe de France gagner des matchs. Les médias ? Ça dépend des fois… En tout cas, les joueurs ont aujourd’hui le sentiment que quoi qu’ils fassent et disent, ce ne sera jamais bien. Le meilleur moyen de regagner la confiance, c’est d’obtenir des bons résultats, en commençant par se qualifier pour la Coupe du monde. »

Sur l’affaire Evra
« On reste focalisé sur l’échéance qui est très importante, c’est-à-dire la qualification pour la Coupe du monde. C’est notre unique préoccupation. Qu’est-ce que je lui ai dit ? Je ne le dirai pas. Ça ne vous regarde pas. Cela ne regarde que lui, Noël Le Graët (le président de la FFF). Est-ce que ça peut polluer le vestiaire ? Libre à vous de débattre. Patrice Evra était sélectionnable. J’ai choisi de le sélectionner. En interne, notre unique préoccupation est de rester focalisé sur l’objectif sportif. Je n’ai pas envie de me détourner de ce qui apparaît vital pour nous. »

Sur le KO d’Hugo Lloris
« Oui, j’ai eu un peu peur, surtout lorsqu’il s’agit de la tête, forcément. S’il y a polémique ? Sur la forme, ça peut amener à discussions, mais il y a un responsable de club qui a pris une décision. L’important, c’est qu’Hugo va bien. Il n’a pas de souci. »

Sur le retour de Mavuba
« Il était important au départ, a indiqué Didier Deschamos. Après il a eu sa blessure. Il a mis du temps pour revenir. Son début de saison a été moyen. Depuis quelques matches il a retrouvé un bon niveau. Ça me semble logique sportivement qu’il revienne avec nous. Il est dans un secteur de jeu où il y a beaucoup de concurrence. »

Sur Dimitri Payet
« Il est un peu moins bien ces dernières semaines mais cela fait un bon moment qu’il est avec moi. C’est dans la continuité. Il a des périodes un peu difficiles, ce qui ne remet pas en cause ses qualités. »

Sur une démission en cas d’élimination ?
« Ça n’occupe même pas un dixième de seconde mon esprit. Je suis là pour une mission, un objectif. Toute mon attention est focalisée sur cette qualification. Je serai à fond pour atteindre cet objectif. Je ne suis pas là pour fonctionner avec des si… »

A lire aussi :

Mavuba doit-il être titularisé face à l’Ukraine ?

Guilavogui : « Un petit pincement au cœur »

Les petites phrases de l’After du 06/11

Propos recueillis par Jérôme Sillon