RMC Sport

Di Meco : « De belles perspectives pour les Bleus »

Eric Di Meco

Eric Di Meco - -

Des commentaires parfois acerbes ont accompagné la défaite de l’équipe de France, mardi, face à l’Espagne (0-1). Membre de la Dream Team RMC Sport, Eric Di Meco va à contre-sens de ce courant.

A nouveau deuxième de son groupe, l’équipe de France se dirige vers les barrages pour accéder à la Coupe du monde 2014. Mais Eric Di Meco, membre de la Dream Team RMC Sport, voit au-delà de cette perspective et assure que les Bleus progressent.

« J’ai entendu beaucoup de choses bizarres depuis hier soir. Des commentaires disant que nous avions presque été nuls et assurant que l’on aurait dû faire autrement. Le problème est que face à l’Espagne, tu ne peux pas faire autrement. Tu ne peux pas les attraper, ils sont plus forts que nous. Techniquement, c’est ce qui se fait de mieux dans le monde et depuis longtemps.

Je compare toujours l’équipe d’Espagne au Barça, ces deux équipes ont le même style de jeu. Il y a déjà plein d’entraîneurs qui ont essayé des choses différentes contre ces équipes mais contre eux, tu n’as pas le ballon. La possession est de 70 % pour eux.

« Les latéraux, les maillons faibles »

Je ne pense pas que l’on aurait pu faire beaucoup mieux contre l’Espagne mais j’ai aimé cette équipe de France. J’ai vu des joueurs tenter, se battre. Je ne suis pas aussi dur que certains. Cette équipe de France a progressé, il y a de belles perspectives. Tu es tombé contre une équipe contre laquelle tu ne peux pas jouer. 

Par contre, j’ai vu des erreurs défensives basiques venant des latéraux. Ces postes ont été les maillons faibles mardi soir. Quand tu es latéral, maintenant il faut se montrer offensivement mais le premier métier d’un latéral, c’est d’être un bon défenseur ! Un ballon qui passe au-dessus de ta tête et qui va sur un adversaire lancé, c’est une erreur défensive. »

A lire aussi :

>> Fernandez : « Le meilleur, c’était Iniesta »

>> Matuidi : « On peut être satisfaits de ce que l’on a fait »

>> Les Bleus en question

Éric Di Meco