RMC Sport

Di Meco : « Moi aussi, j’ai été le grand méchant loup… »

-

- - -

Au lendemain de la violente sortie verbale de Patrice Evra, Eric Di Meco a livré son analyse sur les propos du défenseur de Manchester United. Le membre de la Dream Team n’excuse pas tout, mais peut comprendre Evra.

« Bien sûr que c’est un caillou dans la chaussure de Didier Deschamps et que cela peut influencer la suite et ce qu’il va se passer en équipe de France. » Eric Di Meco ne s’était pas encore exprimé sur les propos de Patrice Evra. Il l’a fait ce lundi dans le Moscato Show, sur RMC, alors que le défenseur de Manchester s’en est notamment pris à Luis Fernandez et Rolland Courbis.

« J’ai entendu Daniel (Riolo, ndlr), Luis (Fernandez, ndlr) et Rolland (Courbis, ndlr) parler. On n’est pas là pour défendre Luis et Rolland, ils l’ont plutôt bien fait d’ailleurs. Mais je voudrais dire une chose : on a le micro ouvert, on nous laisse dire ce qu’on veut. On dit des horreurs comme tout le monde. Je me mets à la place d’un joueur et je me dis que si un jour un joueur me rentre dans la viande car tu as dit un truc à l’antenne et bien tu fermes ta g…. Nous, on critique toute la journée. Pourquoi ne serions-nous pas critiqués ? J’y ai déjà pensé parce que je parcours les stades. Un jour, un mec va venir me voir… Il aura le droit de me critiquer comme je le fais. »

« Il ne se rend pas compte des dommages collatéraux »

Et l’ancien joueur de Marseille d’évoquer son cas personnel : « Quand je jouais, je me suis aussi fait défoncer car j’ai été le grand méchant loup dans le foot, au point que ça touchait aussi parfois ma famille. Je partais du principe qu’on fait un métier public dans lequel tu gagnes de l’argent et tu as la reconnaissance grâce aux médias. Donc tu la fermes et tu montres sur le terrain que les gens se sont trompés. C’est pour ça que je prenais un malin plaisir à serrer la main d’un mec qui m’avait fracassé la semaine précédant un match alors que j’avais été bon. Ils n’attendent que ça, qu’on réponde. »

Eric Di Meco a également parlé du moment choisi par Evra pour faire ses déclarations. « On parle du timing. On dit que ce n’est pas le bon timing. Y-a-t-il un bon timing pour faire ça ? Je ne suis pas sûr. On lui tend un micro, il a envie de régler ses comptes, il le fait. Mais il ne se rend pas compte des dommages collatéraux. Il fragilise son entraîneur qui va être attaqué sur ce cas-là. Comme je pense qu’ils ne vont pas le sanctionner, ça voudrait dire qu’on a des dirigeants mous. »

A lire aussi :

>>> Toutes les réactions

>>> Riolo : « Evra, tais-toi ! »

>>> En vidéo : Tout ce qu'Evra n'a pas dit

Eric Di Meco