RMC Sport

Di Meco : "Une vraie joie de jouer ensemble chez les Bleus"

-

- - DR

Au terme d’une année 2014 à rebondissements pour les Bleus, qualifiés de dernière minute d’un Mondial achevé en quart de finale, Eric Di Meco dresse le bilan de la bande de Didier Deschamps. Le membre de la Dream Team RMC Sport se projette également vers l’Euro 2016, avec optimisme.

Le 4 juillet dernier, l’équipe de France sort du Mondial en quarts de finale, battue par l’Allemagne (1-0). Pour Eric Di Meco, cette défaite face au futur champion du monde semblait inéluctable et aussi logique que l’ensemble du parcours des hommes de Didier Deschamps : « Au moment du tirage au sort du groupe des Bleus, lors des pronostics, on imaginait les Bleus finir premiers de leur groupe, affronter le Nigéria en huitièmes, puis atteindre les quarts. C’est ce qu’il s’est passé. On va donc dire qu’ils ont atteint leur objectif. Après, contre l’Allemagne, on a eu l’impression qu’on n’était pas loin. Mais les Allemands auraient fait un peu plus pour gagner s’il avait fallu. Je pense qu’on ne pouvait pas les battre.

Je retiens également que, pour une fois, pendant le Mondial, il n’y a pas eu d’accroc en dehors du terrain. On a vu une vraie joie de jouer ensemble durant cette compétition, se réjouit le membre de la Dream Team RMC Sport. Et au Brésil, on a aussi observé que les étrangers n’avaient pas la même vision que nous des Bleus. Les Brésiliens jugeaient Karim Benzema comme un top-joueur mondial, Mathieu Valbuena comme un joueur magnifique, alors qu’en France, on faisait la fine bouche. »

Eric Di Meco envisage ainsi un Euro 2016 radieux pour les Bleus : « Ils seront à domicile. Ils arriveront avec ce statut de quart de finaliste de la Coupe du monde et forts de la génération Varane, Pogba et Benzema. Blaise Matuidi est également un taulier, tout comme Mathieu Valbuena, toujours aligné. Et il peut aussi y avoir une bonne surprise qui vienne se greffer en une année et demie. Rappelez-vous, Antoine Griezmann est arrivé au dernier moment avant la Coupe du monde. Le petit Layvin Kurzawa a pointé le bout de son nez avant la fin de la phase aller. Il peut confirmer. »

la rédaction