RMC Sport

Diaby, itinéraire d’un joueur blessé

Abou Diaby

Abou Diaby - -

Après une saison dernière quasi blanche, le milieu de terrain d’Arsenal a retrouvé lundi une équipe de France qu’il n’avait plus côtoyée depuis près de seize mois. L’occasion pour lui de s’affirmer contre la Finlande et la Biélorussie, premiers adversaires sur la route du Mondial 2014.

Pour la première fois depuis le 10 avril 2011 et une victoire à Blackpool (1-3), durant laquelle il avait marqué, Abou Diaby a pu jouer 90 minutes sous le maillot d’Arsenal il y a deux semaines. Cet évènement s’est produit à l’occasion de la deuxième journée de Premier League, à Stoke City (0-0). Libéré de ses blessures, l’ancien Auxerrois a même réédité l’exploit ce week-end face à Liverpool (2-0), livrant au passage une prestation d’excellente facture. « J’ai fait une bonne préparation. J’ai pu participer à tous les entraînements, tous les matches amicaux, détaille le milieu de terrain. Là on a joué seulement trois matches mais je sens que ça va de mieux en mieux. » Un luxe que le natif d’Aubervilliers n’avait pu se permettre l’été dernier à cause d’une opération à la cheville. Une intervention qui a sonné le début d’une longue traversée du désert.

Déjà handicapé par des problèmes musculaires avant l’opération en fin de saison 2011, Diaby a connu les mêmes soucis lors de son retour à la compétition, l’automne suivant, puis la première moitié de l’année 2012. Résultat : une saison quasi-blanche en club et un Euro manqué quand Laurent Blanc voulait faire de lui la pierre angulaire de son milieu de terrain. Passée la déception, le protégé d’Arsène Wenger a pris son destin en main. « Mon travail avec Renaud (Longuèvre, entraîneur d’athlétisme, ndlr) a consisté à refaire ma rééducation parce que j’avais eu pas mal de pépins à différents endroits, explique le longiligne international. Puis on l’a complétée avec du renforcement musculaire pour éviter des blessures de ce genre. J’ai profité de mes vacances pour effectuer ce travail, ce qui m’a permis d’être tout de suite dedans à la reprise.»

Deschamps en attend beaucoup

« C'est une très bonne chose d'avoir Abou dans cette forme, confirme Didier Deschamps. A lui de confirmer. » Le sélectionneur ne boude évidemment pas son plaisir de retrouver un Diaby qu’il compte bien ériger en cadre de la sélection nationale. « S'il est à son meilleur niveau comme ce week-end, il va l'être ou le devenir, juge l’ex-technicien marseillais. Il a des qualités multiples du milieu de terrain moderne. Il est efficace dans la récupération et est capable d'apporter le danger devant car il se projette entre les lignes. Il est capable de faire des différences. » Comme ses prédécesseurs, « DD » est sous le charme de ce joueur « box to box ». Une côte d’amour dont le principal intéressé veut profiter. « Je sais que j’ai quelque chose à jouer, assure l’ancien pensionnaire de l’INF Clairefontaine. Aujourd’hui je suis conscient de mes responsabilités et ce sera à moi de les assumer. »

Désormais, le Gunner de 26 ans ne veut plus entendre parler de sa supposée fragilité physique, qu’il balaie d’un revers de main. « J’ai eu pas mal de blessures et de grosses blessures, même, qui ont créé des déséquilibres dans mon corps à un moment donné. C’est ce qui me cause tous ces problèmes. » Il préfère regarder avec appétit vers 2014 et la Coupe du monde au Brésil. Un évènement « à ne pas manquer. » « Tout homme blessé est contraint à la métamorphose » dit-on. Celle d’Abou Diaby est peut-être en train de débuter.

Jérôme Carrère