RMC Sport

Domenech : « On savait pour Henry »

Le sélectionneur français persiste : il alignera Franck Ribéry 15-20 minutes face aux Féroé s'il le souhaite.

Le sélectionneur français persiste : il alignera Franck Ribéry 15-20 minutes face aux Féroé s'il le souhaite. - -

Le sélectionneur français Raymond Domenech a assuré mardi qu’il savait « depuis un moment » que Thierry Henry souffrait de tendinites aux tendons d'Achille et qu’il avait convenu avec l’attaquant du Barça de ne pas le faire venir constater sa blessure à Clairefontaine.

Raymond Domenech, quand avez-vous appris le forfait de Thierry Henry ?
C'est une suite logique, depuis des semaines on savait qu'il avait mal mais qu'il continuait à jouer (en amical avec le FC Barcelone). On avait mis une échéance et j’ai décidé de ne pas en parler. Je me suis dit : « On laisse courir et on verra ». Et puis on en a discuté avec lui, on s'est dit que ce n'était pas la peine qu'il vienne faire constater sa blessure à Clairefontaine, avant de retaper deux heures d’avion dans l’autre sens. On le savait depuis un moment, il fallait prendre une décision, c'est mieux qu'il se repose, on aura besoin de lui en septembre et en octobre. Il a une tendinite aux deux tendons d'Achille, c'est un vrai problème et il faut savoir s'arrêter. J'ai confiance en Titi je ne pense pas qu’il n’ait pas envie de l'équipe de France. Au contraire.

Franck Ribéry est-il apte à jouer ?
Il n’est pas apte à jouer tout un match, mais un bout, oui. J'ai eu Van Gaal (entraîneur du Bayern Munich) et Hoeness (manager général) au téléphone. On est d'accord pour dire qu'il faut que Franck soit dans les meilleures conditions. S’il peut jouer, si c'est nécessaire, il fera 15-20 minutes. On va ainsi le préparer au match de samedi avec le Bayern (contre le Werder Brême, ndlr), ça fait partie de nos accords. On pourra le faire entrer en jeu, et pas seulement s'il y a un problème.

Luis Van Gaal avait pourtant déclaré que Ribéry n'entrerait pas en jeu...
Je laisse à chacun le soin de ses propos, mais je sais ce qu'on a dit, on fera en fonction des circonstances. Moi, je ne dis pas aux entraîneurs ce qu’ils doivent faire de leurs joueurs. Ce n'est pas mon problème, je convoque des joueurs qui ont envie de venir. Je ne m'implique jamais dans la vie des clubs et ne je le ferai jamais.

Craignez-vous que les joueurs prennent ce match aux Féroé à la légère ?
En disant lundi (dans une chronique vidéo sur le site de la FFF) que tout autre résultat qu'une victoire serait une catastrophe, je voulais leur rappeler ce qu'on attend d'eux à l'extérieur. Oui, on peut gagner, si on n'oublie pas de jouer, de faire quelque chose. Il faut essayer de gommer ou effacer les parasites entendus dans les médias qui disent que ce sera facile.

Loïc Briley