RMC Sport

Equipe de France: huis clos imposé par l'UEFA pour les matchs de la rentrée?

L'UEFA songe à imposer le huis clos pour tous les matchs internationaux prévus en septembre et en octobre, selon L'Équipe. Cette réflexion concerne donc aussi les rencontres des Bleus, malgré le feu vert des autorités pour l'accueil de 5.000 personnes dans les stades en France.

Malgré l'autorisation du gouvernement pour l'accueil de 5.000 spectateurs dans les stades en France, les matchs des Bleus à la rentrée pourraient tout de même se disputer à huis clos. Selon une information rapportée ce jeudi par L'Équipe, l'UEFA réfléchit à faire jouer sans public tous les matchs entre sélections nationales prévus en septembre et en octobre.

"J'ai entendu cela aussi mais je n'en sais pas plus encore", a admis Noël Le Graët, président de la Fédération française de football, cité par le quotidien. La décision de l'instance européenne pourrait être prise début août.

Deux matchs au Stade de France

Quatre matchs de l'équipe de France seraient concernés. Ils comptent tous pour la Ligue des nations. Les joueurs de Didier Deschamps se rendront d'abord en Suède, le 5 septembre. Ils doivent ensuite accueillir la Croatie au Stade de France le 8, dans ce qui serait un remake de la finale de la Coupe du monde 2018. Puis le 11 octobre, toujours dans l'enceinte de Saint-Denis dont la capacité habituelle est de 80.000 places, les Bleus doivent recevoir le Portugal. Ils devront ensuite affronter une deuxième fois la Croatie, le 14.

Conformément aux mesures sanitaires en vigueur sur le territoire français, le Stade de France a pu accueillir du public (dans la limite des 5.000 personnes) pour la finale de la Coupe de France remportée le 24 juillet par le Paris Saint-Germain contre l'AS Saint-Étienne (1-0). La confirmation est identique pour la finale de la Coupe de la Ligue entre le PSG et l'OL, vendredi 31 juillet.

Le 28 juillet, le gouvernement a décidé de maintenir la jauge maximale de 5.000 personnes dans les stades jusqu'à la fin du mois d'août. Les préfets pourront toutefois accorder des dérogations pour accueillir plus de spectateurs si l'évolution de l'épidémie de Covid-19 le permet. 

Julien Absalon