RMC Sport

Equipe de France : Matuidi épate son monde

Blaise Matuidi

Blaise Matuidi - -

Excellent face à l’Espagne (1-1), Blaise Matuidi, le récupérateur de l’équipe de France et du PSG, a franchi un cap important cette saison. A 25 ans, il s’affirme comme une vraie solution au milieu de terrain avec les Bleus.

Sur le compte Twitter de Blaise Matuidi, l’une de ses photos montre le milieu de terrain des Bleus en plein effort sous l’œil attentif de Denis Lefebve, le préparateur physique du PSG. En dessous, une légende écrite par le joueur : « La chance aide parfois… le travail toujours ! » Les efforts de l’international français (8 sélections) ont été récompensés mardi soir par une titularisation face à l’Espagne (1-1) : « C’était une grande émotion de pouvoir jouer contre la meilleure équipe du monde, avoue Blaise Matuidi. Je suis très fier d’avoir rendu une bonne copie. »

Sur la pelouse du Stade Vincente-Calderon, le Parisien a crevé l’écran. « Je lui mets un 18 sur 20 », s’amuse Luis Fernandez. « Il m’impressionne », surenchérit Ali Benarbia. Volume de jeu, agressivité, justesse de placement, l’ancien joueur de Saint-Etienne fut l’un des grands artisans de l’exploit des Bleus à Madrid. Pour Ali Benarbia, l’éclosion du Parisien, étincelant aussi en club depuis la reprise, ne doit rien au hasard. « Comme son partenaire Mamadou Sakho, Blaise Matuidi s’est transformé depuis qu’il côtoie une armada de grands joueurs au PSG, et donc depuis qu’il a découvert la concurrence, explique le consultant RMC Sport. Avant, il ne se donnait pas à fond. Aujourd’hui, il est obligé de faire des très grands matches pour rester titulaire. Automatiquement, ce n’est plus le même joueur. »

Benarbia : « Il a encore beaucoup de déchets »

Si Matuidi a profité des blessures d’Abou Diaby et Rio Mavuba pour briller, Didier Deschamps va désormais se trouver dans l’embarras pour constituer son milieu de terrain. Le Parisien a marqué des points contre l’Espagne. Au point de devenir indispensable ? « Il va devoir confirmer à chaque match, avertit Benarbia. N’oublions pas qu’il a encore beaucoup de déchet quand il a le ballon. » Conscient de sa marge de progression, l’intéressé n’a de toute façon pas l’intention de fanfaronner sous prétexte qu’il a brillé face aux Espagnols : « Je ne vais pas m’enflammer, prévient-il. Je dois encore beaucoup travailler. Dans mon club, il y a tout pour réussir. »

Une chose est sûre, Didier Deschamps pourra compter sur lui lors des prochaines échéances. Très pointilleux sur l’état d’esprit, le Basque pourrait presque le prendre comme exemple. Il y a 15 jours, au lendemain d’une défaite à Porto (1-0), voici ce que le Parisien confiait au micro de RMC Sport : « La sélection, c’est le summum. Ecouter l’hymne national me fait toujours quelque chose. Je vis chaque sélection comme une première. » Pourvu que ça dure…

Aurélien Brossier