RMC Sport

Espagne-France : Les Bleus ont du cœur !

La joie des Bleus

La joie des Bleus - -

A l’issue d’une énorme deuxième mi-temps, l’équipe de France a arraché le point du match nul (1-1) face à l’Espagne lors des qualifications pour le Mondial 2014, mardi à Madrid. Les Bleus tiennent leur acte de référence.

Merci Olivier Giroud ! A l’issue d’une deuxième mi-temps aboutie, l’attaquant d’Arsenal a offert à la 94e minute l’un des plus beaux points au football français. A Madrid, sur la pelouse du stade Vicente-Calderon, où l’Espagne avait l’habitude de vaincre tous ses adversaires, l’équipe championne de tout a cette fois dû se contenter de partager les points ce mardi (1-1). Ce match nul qui permet aux Bleus d’être toujours co-leaders du groupe I dans ces éliminatoires de la Coupe du monde 2014, est tout sauf immérité. Car si la Roja n’a pas peiné pour revenir aux vestiaires avec un but d’avance grâce à un but de Sergio Ramos (25e, 1-0), elle a tremblé durant toute la deuxième période. « On a eu plus de présence, de situations, d'occasions, se félicite Didier Deschamps. C'est super de pouvoir prendre un point comme ça en fin de match. »

Son équipe, galvanisée par l’arrêt de Lloris sur un penalty de Fabregas juste avant la pause (43e), a affiché une détermination aussi inhabituelle que réjouissante. Et il ne fait aucun doute que la façon dont ils ont bougé les Espagnols lors de 45 dernières minutes servira de base de travail pour les prochains rendez-vous. Quoi qu’il en soit, la lutte pour le billet direct pour le Brésil sera plus serrée que prévue. Personne ne s’en plaindra. Sauf peut-être le sélectionneur. « Soyons lucides, la meilleure équipe du monde est toujours en face de nous, tempère Deschamps. Mais je suis content pour les joueurs car cela permet de cimenter leur bon état d'esprit et cela récompense leurs efforts. Ce serait bien aussi si cela pouvait amener un peu d'enthousiasme. Ce n'est pas parce que l'on a fait match nul que l'on est les plus beaux et les meilleurs. »

Lloris rebooste les Bleus

Comme on pouvait s’y attendre, les Bleus ont entamé la rencontre sans prendre le moindre risque. De leur côté, les Espagnols ne se sont pas montrés franchement mordants, se contentant de faire circuler le ballon, leur activité favorite. La sortie rapide de Silva, blessé, remplacé par le Gunner Cazorla (13e), ne change pas grand-chose à une rencontre sans rythme ni intensité. Mais l’Espagne, souveraine et sûre de sa force, n’a pas d’égale dès qu’il s’agit d’enfoncer une banderille. Chose faite à la 25e minute lorsque Sergio Ramos, libre de tout marquage sur un corner, expédie une tête sur le poteau avant de fusiller Hugo Lloris sur un centre de Pedro (25e, 1-0).

Ce premier but a le mérite de réveiller un peu l’équipe de France. Sur une belle ouverture de Ribéry, Benzema met Casillas à contribution (34e), puis l’arbitre refuse un but de Ménez après un hors-jeu limite de l’avant-centre madrilène (39e). Pas de quoi affoler non plus les Espagnols qui auraient même pu revenir aux vestiaires avec deux buts d’avance. Après une faute grossière de Koscielny sur Pedro, la Roja obtient un penalty logique mais Hugo Lloris repousse le tir au but de Fabregas (42e). Après le repos, les Bleus se montrent bien plus convaincants. Sous l’impulsion de Franck Ribéry, ils combinent bien et font trembler à plusieurs reprises les partenaires de Xavi. Mais Benzema (61e, 64e, 79e) ou Sissoko (73e) se montrent trop maladroits. Pas Olivier Giroud qui, au bout du suspense, place une tête fabuleuse après un centre impeccable de Franck Ribéry (94e, 1-1). Impossible n’était pas français ! 

Aurélien Brossier