RMC Sport

Et pendant ce temps-là Anelka…

Nicolas Anelka revit à Chelsea, loin de l'équipe de France

Nicolas Anelka revit à Chelsea, loin de l'équipe de France - -

Onze ans après son fracassant doublé en équipe de France face à l’Angleterre, la star de Chelsea a quitté les Bleus avec pertes et fracas après avoir insulté Domenech en Coupe du monde. Pourtant, loin de cette image du bad boy, le joueur est plus épanoui que jamais en Premier League.

L’attaquant français se ressource sous le ciel voilé de Londres. Loin de Knysna, tombeau de l’équipe de France de Raymond Domenech ; loin de Clairefontaine, théâtre de la reconstruction des Bleus de Laurent Blanc ; loin du boulevard de Grenelle, siège de la FFF qui l’avait renvoyé d’Afrique du Sud après avoir insulté le sélectionneur à la mi-temps de France-Mexique (0-2), le 17 juin. Nicolas Anelka revit à Chelsea, le club où les secousses qui ont suivi le séisme tricolore du Mondial 2010 ne parviennent pas. Chez les Blues, l’attaquant de 31 ans poursuit sa carrière rectiligne entamée en 2007/2008. Sur la lancée de ses deux dernières saisons prolifiques à Stamford Bridge, le Parisien collectionne les buts (10 toutes compétitions confondues).
Carlo Ancelotti ne l’a jamais lâché pendant la tempête estivale. « Nicolas ne mérite pas une telle sanction, 18 matches de suspension c’est trop, avait déclaré au mois d’août l’Italien après la sanction de la FFF à l’encontre de cinq joueurs présents en Afrique du Sud. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé là bas mais Anelka est quelqu’un d’honnête et il ne mérite pas ça. » Depuis la reprise en Angleterre, Ancelotti n’a cessé de louer les performances de son attaquant. « Nicolas est dans la meilleure forme de sa vie », lâchait-il en novembre après la qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions, suite à la victoire sur le Spartak Moscou (4-1).
« Je l’ai vu lorsque nous les avons joués il y a quelques semaines, nous raconte Frédéric Piquionne l’attaquant de West Ham. Il m’a paru bien dans sa tête, super cool. Nico, c’est un gars extraordinaire. Il ne se prend pas la tête. Les supporters l’adorent car il est généreux sur le terrain, il marque des buts. Ici, on aime voir jouer ce genre de joueur. »
Adoubé en club, le Français fait l’unanimité en dehors de la galaxie Blues. « C’est un type super, un gars extraordinaire », nous dit Kevin Nolan, l’ancien partenaire d’Anelka à Bolton. Loin de l’image de bad boy que traine le joueur en France, Anelka jouit outre-Manche d’une image de professionnel irréprochable, y compris dans la presse populaire pourtant friande d’à côtés croustillants. Casanier, il bichonne sa famille dans sa résidence londonienne près de Wimbledon. Proche de Florent Malouda, qui a toujours défendu son coéquipier lors des journées mouvementées de l’après-Knysna, le Français se sait chez lui en Angleterre.

Anelka ne sera pas à Wembley mercredi soir

Selon un membre de son entourage, Anelka n’ira pas à Wembley mercredi soir pour voir ses anciens coéquipiers affronter la sélection de Fabio Capello. Il passera la soirée chez lui en famille. Il n’a pas non plus eu Laurent Blanc au téléphone. « Mes principales pensées ne vont pas à Nicolas mais à former une équipe, même si je l’apprécie beaucoup », explique le sélectionneur. Avec l’équipe de France, les ponts paraissent désormais coupés, même si le nouveau sélectionneur se veut pragmatique, comme le retour d’Eric Abidal, un autre « banni » l’atteste. Et même si la suspension prend fin avant la fin des éliminatoires de l’Euro 2012. Malgré tout cela, c’est « silence radio ». Tout comme il n’avait pas répondu à la convocation de la commission de discipline de la FFF, l’ancien international (69 sélections) ne voit plus d’avenir écrit en bleu. « Pour lui, tout est clair il a tiré un trait (sur l’équipe de France) », résume un de ses proches. Le dernier match disputé sur le territoire anglais, en 1999, s'était terminé par un succès tricolore (0-2). Ce soir-là, Nicolas Anelka avait inscrit un doublé. « J’aurais une pensé pour lui et pour les autres, déclare Eric Abidal , j’ai la chance aujourd’hui de revenir en bleu, je souhaite que ce soit aussi le cas pour d’autres. » « C’est un joueur de classe mondiale », lâche Piquionne. Au seul service d’un club, pour le moment.

Louis Chenaille (avec M.B. et P.A.)