RMC Sport

Euro 2013 : Thomis, la fusée des Bleues

Elodie Thomis

Elodie Thomis - -

Sextuple championne de France avec l’OL, Elodie Thomis (26 ans) est considérée comme la joueuse la plus rapide du monde. Remplaçante dans cet Euro, l’internationale française est souvent décisive en cours de match. Face à l’Espagne ce lundi (20h30), elle pourrait donner la qualification aux Bleues.

Son histoire commence en 2001, avec une annonce. « Tournoi de foot féminin pour débutante ». Agée de 15 ans et licenciée dans un club d’athlétisme près de Colombes, sa ville de naissance, où elle excelle sur 60m, Elodie Thomis ne veut pas laisser passer sa chance. Elle rate volontairement sa communion pour se présenter au tournoi. Un bon choix. Dans la foulée, la Française troque ses pointes pour les crampons. Elle signe sa première licence de football à Epinay-sur-Seine. Très empruntée techniquement mais misant tout sur sa vitesse, l’actuelle numéro 12 des Bleues ne reste qu’une seule saison au club, avant de partir pour Colombes en DH et enfin se lancer dans le grand bain à Montpellier, en D1.

Sélectionnée dans les équipes de jeunes en Ile-de-France, elle attire l’attention d’un superviseur de l’Institut National du Football (INF), qui souhaite l’engager à Clairefontaine en 2003. Un autre niveau. Dans les Yvelines, Elodie Thomis est déboussolée. Très souvent en retard à l’entraînement et obligée de travailler deux fois plus que les autres. Un travail qui paye, sous l’impulsion de Gérard Prêcheur, son entraîneur. Grâce à lui, la titulaire d’un Bac STT se rend compte de son véritable potentiel. « Techniquement, j’étais zéro, souligne Thomis. J’avais une année pour tout réapprendre. Je travaille encore pour combler mes lacunes techniques ». En 2005, un mois après sa signature à Montpellier, elle intègre pour la première fois l’équipe de France. En quatre ans, elle est entrée dans la cour des grandes. Le transfert à Lyon en 2007 en est la preuve.

Bini : « Elodie me fait penser à Marie-José Pérec »

Six fois championne de France avec l’OL et deux fois vainqueur de la Ligue des champions en 2011 et 2012, elle se distingue par ses accélérations dévastatrices. « Elle est très rapide dans le jeu. Ces derniers temps, elle en a eu un peu marre qu’on ne lui parle que de sa vitesse, confie Bruno Bini, le sélectionneur des Bleues. Lors des tests physiques, elle vole. Elle me fait penser à Marie-José Pérec. C’est une vraie gazelle. » En plus d’avoir fait des gros efforts sur le plan technique, « Bip Bip » (son surnom) impressionne ses coéquipières. « Elle est ultra-rapide. A l’heure actuelle, c’est la plus rapide du monde dans le football féminin, avoue Laura Georges, son ancienne partenaire à l’OL. La vitesse est sa force. Si elle travaille sur sa technique, elle deviendra l’une des meilleures au monde à son poste d’ailière. »

Dernier exemple en date, l’Euro 2013. Entrée à la 61e minute de jeu face à la Russie ce vendredi (3-1), la Lyonnaise a fait systématiquement la différence. Auteure de la passe décisive pour le dernier but des Tricolores, Elodie Thomis a écœuré la défense russe, incapable de suivre la femme aux dreadlocks 100% naturelles. Avec ses statistiques exceptionnelles devant le but (87 buts en 142 matchs de D1, 27 buts en 91 sélections avec les Bleues, ndlr), la Française est prête à faire exploser l’Espagne ce lundi (20h30). La première phase du décollage vers le titre européen.

A lire aussi :

>> Bini : « Thomis me fait penser à Marie-José Pérec »

>> EN VIDEOS : les matchs amicaux des clubs de L1

>> Mercato : les rumeurs étrangères du 14 juillet

Xavier Martel avec Nicolas Jamain, à Norrköping