RMC Sport

Evra échappe à la sanction

Patrice Evra

Patrice Evra - -

Noël Le Graët, président de la FFF, et Didier Deschamps, sélectionneur de l’équipe de France, ont décidé de n’infliger aucune sanction à Patrice Evra, qu’ils ont reçu ce jeudi, après ses attaques véhémentes contre quatre consultants.

L’affaire Evra, c’est terminé… pour l’instant. Quatre jours après les attaques du latéral gauche de l’équipe de France dans Téléfoot contre Rolland Courbis, Luis Fernandez, Pierre Menès et Bixente Lizarazu, Noël Le Graët, président de la FFF, et Didier Deschamps, sélectionneur des Bleus, ont décidé de ne pas sanctionner le Mancunien. Une décision prise ce jeudi après avoir reçu le joueur, auquel ils ont « de nouveau signifié leur désaccord formel quant à certains termes employés et à l’opportunité de ce règlement de comptes personnel à l’approche d’une échéance capitale ». En décidant que « Patrice Evra reste à la disposition du sélectionneur national », l’instance fédérale s’évite de nouveaux remous alors que les Bleus se préparent à affronter l’Ukraine les 15 et 19 novembre prochains en barrages de la Coupe du monde.

La FFF s’accorde donc un petit répit, au moins jusqu’au 7 novembre prochain, date de l’annonce par Didier Deschamps du groupe retenu pour cette échéance, où les questions sur le sujet ne manqueront pas. Ce choix marque aussi la volonté de la FFF de défendre son joueur en pointant du doigt « une longue interview habilement menée pour le pousser à bout et le faire sortir de ses gonds ». TF1, partenaire des Bleus, appréciera, même si le communiqué publié par la Fédé présente les regrets du latéral gauche. « Patrice Evra a fait valoir que, si le moment était effectivement mal choisi, et l’emploi de certains mots déplacé, l’acharnement dont il estimait être la victime de la part des personnes visées était une réalité dont avait eu à souffrir sa famille. »

Evra « victime d'un acharnement »

Visé par les attaques salées de Patrice Evra, Luis Fernandez, membre de la Dream Team RMC, n’en n’a pas rajouté. « Le président et l’entraîneur estiment, en leur âme et conscience, qu’il n’y a pas de sanction à donner et veulent se consacrer à ces matches de barrages. On a tous ressenti qu’il avait envie de dire des choses, note-t-il. J’ai vécu cette période, quand j’étais entraîneur, avec des commentaires et des critiques difficiles à encaisser. Tu as des amis et de la famille autour de toi, tu dois encaisser et tu veux dire des choses alors que tu ne peux pas. »

Une version de nouveau défendue par l’ancien Monégasque. « Patrice Evra a tenu à redire son attachement à l’équipe de France et son amour du maillot bleu, se défendant d’avoir voulu nuire, de quelque manière que ce soit, à l’image de la sélection nationale ou du football français », explique le communiqué. Muet après la victoire de Manchester face à la Real Sociedad (1-0), mercredi en Ligue des champions, Patrice Evra sera particulièrement scruté lors du prochain rassemblement des Bleus en novembre. Car selon toute vraisemblance, Didier Deschamps, qui l’a titularisé sur le côté gauche de la défense lors des deux derniers matches, devrait le sélectionner. C’est en ce sens que va la décision de la FFF.

A lire aussi :

>>> Affaire Patrice Evra : toutes les réactions

>>> Evra-Le communiqué de la FFF

>>> En vidéo : Ce que Patrice Evra n'a pas dit dans Téléfoot

NC