RMC Sport

France-Australie : Exotique oui, amical non

Le groupe France

Le groupe France - -

Points à prendre pour le classement FIFA, dynamique de victoires à entretenir, prestations attendues de certains : contrairement aux apparences, le match amical ce vendredi entre la France et l’Australie (21h) ne manque pas d’enjeux.

Imaginez plutôt. Des koalas gambadant gaiement sur la pelouse du Parc des Princes. Des arbres immenses, une végétation sauvage, des lagons à perdre de vue… Cela pourrait ressembler à cela, finalement, le France-Australie de ce vendredi (21h). Un match plus carte postale qu’amical. Qui serait forcément plus captivant qu’une rencontre sans enjeux à quatre jours de la réception de la Finlande, plus importante celle-là, car synonyme, en principe, de futur billet composté pour… les barrages du Mondial 2014.

Sauf que ce France-Australie ne manque pas de piquant, à en croire le capitaine des Bleus, Hugo Lloris. « Il y aura en face de nous une équipe compétitive, déjà qualifiée pour la Coupe du monde, rappelle le gardien de but de Tottenham. Même si ça reste un match amical, il y aura beaucoup d’enjeux pour nous. Il faut garder en tête les échéances importantes du mois de novembre. » Justement, quels sont ces fameux enjeux ? Une dynamique de succès à maintenir après la récente victoire contre la Biélorussie (4-2). Evidemment. Mais encore ? « On a cet objectif des barrages au mois de novembre, rappelle Didier Deschamps. Le fait de gagner, c’est toujours mieux pour la confiance. Cela doit nous permettre de rapporter des points au classement FIFA et de l’améliorer avant le match de mardi. »

Nasri et Benzema titulaires ?

Un nouveau succès, cette fois au Stade de France, pourrait offrir aux Bleus un statut de têtes de série, condition sine qua none pour éviter de devoir chasser le gros gibier en novembre prochain. Pour cela, il faudra dominer les Socceroos, de surcroit sur une pelouse que les Tricolores n’avaient plus foulé depuis six ans (France-Ecosse 2007, 0-1). Une tâche pas insurmontable, malgré le forfait de Laurent Koscielny (jugé « trop juste » par Deschamps). « Leur dernier match face au Brésil (défaite 6-0, ndlr) a été difficile, pénible. Ils ont un jeu direct, efficace, notamment sur les côtés et sur les centres », rappelle Deschamps, conscient de pouvoir croiser le fer, vendredi, avec une bête blessée mais débordante d’orgueil.

« Nous avons bien analysé notre dernier match et essayé de progresser cette semaine aux entraînements sur certains points », a annoncé le sélectionneur australien Holger Osieck. Son capitaine, Lucas Neill, lui, a déjà identifié un point faible des Bleus : Karim Benzema. « Comme tout attaquant, il a besoin d'être en confiance pour marquer, et j'espère qu'il sera toujours en manque de confiance pendant 90 minutes », a-t-il confié. Deschamps, lui, a affirmé « toujours lui faire confiance ». Le sélectionneur a également avoué avoir apprécié les récentes rentrées de Samir Nasri en sélection. « Il a faim », a-t-il lâché à son propos. Ces deux joueurs, respectivement en balance avec Giroud et Valbuena, pourraient débuter le match. Et marquer des points importants en vue des barrages, voire de la suite de l’aventure, brésilienne ou pas, des troupes tricolores. Car s’il avoue avoir son onze-type, Deschamps a aussi reconnu qu’il ne l’avait qu’ « à deux-trois joueurs près ». « Il peut être évolutif », a-t-il également rajouté. Messieurs, il y a des places à prendre…

A lire aussi

- Deschamps : « J’ai mon onze type… à deux-trois joueurs près »

- La reconquête s'annonce (encore) longue pour les Bleus

- L'actu des Bleus

Objectif Qualif : RMC vous offre vos places pour France-Finlande ! 

A.D avec J.S