RMC Sport

France : Capoue prend de l’épaisseur

Etienne Capoue

Etienne Capoue - -

Le milieu défensif du TFC, Etienne Capoue, connaitra peut-être sa troisième sélection en équipe de France vendredi soir face au Japon. Une récompense pour cet éternel ratisseur du milieu de terrain.

Le malheur des uns risque de faire le bonheur d’Etienne Capoue. Alors que la liste des milieux de terrain potentiellement titulaires s’amenuise en raison de blessures (Diaby, Mavuba et Diarra), le Toulousain, en balance avec le Lyonnais Maxime Gonalons, pourrait effectuer sa troisième apparition en bleu vendredi face au Japon. Un train à ne pas laisser passer, pour celui qui a marqué le 11 septembre dernier face à la Biélorussie (3-1). A 24 ans, Etienne Capoue, valeur sûre de la L1 (plus de 150 matchs en pro avec le TFC) se doit d’accrocher le bon wagon en bleu.

Avant 2008, le parcours de ce Niortais de naissance était totalement méconnu. Formé aux Chamois en compagnie de son frère Aurélien (Boulogne-sur-Mer) et de Christophe Jallet (PSG), le cadet des Capoue atterrit à Chauray (périphérie niortaise) et Angers, avant d’être détecté par Toulouse.

Au premier coup d'oeil, Fabrice Garrigues, l’entraîneur des U19, a vu « cette aisance technique, cette perception du jeu, toujours la tête levée, ce qui est important dans le football moderne. C’était un beau joueur. » Bien que lancé par Elie Baup en décembre 2008, c’est sous l’ère Alain Casanova que le Guadeloupéen d’origine va exploser. Et son entraîneur actuel ne tarit pas d’éloge sur sa pierre angulaire du milieu de terrain : « J’ai toujours pensé énormément du bien de lui et aujourd’hui, la sélection le confirme donc je ne doute pas qu’un jour il soit le grand joueur que j’ai toujours prédit. »

Du bleu des Chamois Niortais au bleu de l’équipe de France

Pourtant la « pieuvre », surnom donné par André-Pierre Gignac, ancien goleador du Téfécé, pour sa faculté à reprendre les ballons, a mis quatre ans pour passer des Espoirs (13 sélections) aux A (2 sélections). Son côté nonchalant a pu lui jouer des tours, donnant une image un brin suffisante sur le terrain.

Mais en confiance avec Didier Deschamps, qu’il définit un peu « comme un guide, qui arrive à gérer tous les joueurs », Capoue se sent prêt à jouer. « Bien sûr que j’ai confiance en moi, c’est une de mes qualités ». Il semble déjà connaître la recette de la longévité en EDF. « Il faut faire des supers matches, il faut être exemplaire, c’est plein de choses… Je don»nerais tout pour rester le plus longtemps possible en sélection. »

Aux Espagnols que la France affronte le 16 octobre, il annonce la couleur : « Ca va être dur pour eux aussi parce qu’on a une super équipe (…) Ce ne sont pas des extraterrestres ». S’il veut enfiler durablement la tunique bleue, le milieu récupérateur sait donc ce qu'il lui reste à faire : sortir ses tentacules et aspirer les ballons japonais. A 24 ans, les trains pour l’équipe de France passent rarement deux fois. Bien que sous contrat avec les «Pitchounes » jusqu’en 2015, il y a fort à parier que le cadet des Capoue migre à la fin de la saison vers une destination plus en adéquation avec son standing.

Jean Rioufol (avec W.T. à Toulouse)