RMC Sport

France-Paraguay : quelques leçons à retenir

Clément Grenier et Olivier Giroud

Clément Grenier et Olivier Giroud - -

Une inefficacité qui ne pardonnera pas au Mondial, une déconcentration défensive qui permet l’égalisation du Paraguay : avec son match nul 1-1, l’équipe de France n’a pas fait le plein de confiance ce dimanche à Nice.

Les absents ont toujours tort. En football, et avant un Mondial, ils se retrouvent surtout souvent au centre des discussions. L’atmosphère autour du match France-Paraguay a parfaitement collé à cette réalité. Au cœur des débats, un certain Franck Ribéry. En fin d’après-midi, une rumeur médiatique faisait planer la possibilité de l’annonce d’un forfait du Munichois pour le Mondial. Victime d’une lombalgie chronique depuis sept semaines, le troisième du classement du dernier Ballon d’Or allait peut-être devoir dire adieu au Brésil. Qu’on se rassure (un tout petit peu) : sauf aggravation de la situation, la perspective d’un Ribéry absent du rendez-vous planétaire ne se concrétisera pas – si elle doit le faire – tout de suite.

Le nuage Ribéry pour l’instant écarté, sans pour autant être dissipé, il y avait aussi un match préparatoire au Mondial à analyser. Une rencontre longtemps sans but malgré une pelletée d’occasions tricolores, symboles de la domination française, mais qui aura au moins permis de confirmer quelques bonnes sensations de la démonstration contre la Norvège (4-0). Dans ce rayon, on pourra bien sûr noter le but d’Antoine Griezmann, son premier en trois sélections, une belle frappe enroulée en forme de drôle de clin d’œil à l’heure où on évoque son nom pour remplacer Ribéry comme titulaire en cas de forfait.

Cabaye décevant

On notera aussi le nouveau bon match de Paul Pogba au milieu. L’activité, même inefficace, de Loïc Rémy et Mathieu Valbuena dans les couloirs offensifs. La capacité de Didier Deschamps à faire tourner et à concerner un maximum de joueurs en ce début d’aventure. L’absence de blessé(s), aussi. Sur le plan négatif, sans vouloir l’enfoncer, on aussi relever le nouveau match très moyen de Yohan Cabaye au poste de sentinelle devant la défense, alors qu’il évolue un cran plus haut au PSG. On notera aussi l’inefficacité. Avoir des occasions, c’est bien. Les mettre au fond, c’est mieux.

Face à un Paraguay regroupé et agressif, et dans des conditions difficiles avec une pluie battante la plupart du match, les Bleus n’ont longtemps pas su concrétiser leur domination dans la possession, un écueil qu’il faudra éviter au Mondial. Au programme ? Une litanie d’actions françaises sans fin heureuse avec des frappes souvent non cadrées. Giroud (21e, 47e, 58e, 59e, 93e), Rémy (9e, 18e, 27e, 31e), Valbuena (14e, 49e), Pogba (22e, 30e) ou Matuidi (42e) peuvent témoigner de ce manque de réalisme. Une tête de Giroud sur un corner entraînera même l’ouverture du score de Griezmann (82e). Arrivera alors l’autre gros point négatif du jour avec une évidente déconcentration défensive au marquage, qui offre une égalisation à Caceres (89e) et prive les Bleus d’un sixième match consécutif à domicile sans prendre de but. Ce dimanche soir, la France n’a pas encore perdu Ribéry. Mais elle n’a pas fait le plein de confiance.

A lire aussi :
>> Riolo : "Les Bleus éteints..."
>> Larqué : "Je ne reconnais pas Matuidi" >> France-Paraguay : les notes des Bleus

Alexandre Herbinet