RMC Sport

France-Ukraine : une compo en questions

Karim Benzema

Karim Benzema - -

Didier Deschamps devrait opter pour un 4-3-3 contre l’Ukraine, ce mardi, en barrage retour de la Coupe du monde. Une composition inédite marquée par les retours de Varane, Sakho, Cabaye, Valbuena et Benzema. Idéal pour créer l’exploit ?

Varane-Sakho : la bonne charnière ?

Le premier changement notable et pas des moindres devrait concerner la charnière centrale. Auteur d’une prestation peu rassurante vendredi à Kiev, Eric Abidal ne serait pas reconduit. Déjà à la peine ces derniers temps avec l’AS Monaco, l’ex-Barcelonais paye surtout son manque de fraîcheur physique. Didier Deschamps se pose forcément la question de savoir s’il a la capacité d’enchaîner deux rencontres de haute volée en quatre jours. Mamadou Sakho, l’un des joueurs les plus utilisés au début de l’ère Deschamps, prendrait sa place.

Le Red de 23 ans devrait être aligné avec Raphaël Varane en défense centrale. Remis de ses problèmes au genou, le Madrilène de 20 ans prendrait logiquement la place de Laurent Koscielny, suspendu après son expulsion à Kiev. Un duo jeune, fougueux et plein d’explosivité, qui n’échappe pas à certaines d’interrogations. D’abord parce que les deux joueurs demeurent peu expérimentés et n’ont évolué ensemble qu’à seulement deux reprises (contre la Géorgie le 22 mars et face à l’Australie, le 11 octobre). Ensuite, car leur forme actuelle ne présente aucune garantie fiable. L’ancien Lensois revient de blessure alors que son homologue reste à Liverpool cantonné au poste de latéral gauche… quand il joue. 

Cabaye ou Pogba pour éclairer le jeu ?

« Il faut des ingrédients pour se sublimer tout en gardant la maîtrise. Emballer, mettre de la folie, oui, mais il faut trouver un juste milieu ». Didier Deschamps l’a martelé à l’envie. L’équilibre sera une condition sine qua non d’un éventuel succès au Stade de France. D’où le retour dans le onze de Yohan Cabaye, dont la qualité de passe a manqué en Ukraine. La probable titularisation du Magpie au poste de n°6, en sentinelle devant la défense, montre l’envie de Deschamps d’avoir la possession du ballon.

Cabaye permettrait ainsi à Blaise Matuidi et Paul Pogba d’évoluer plus haut. Le premier pourrait alors ratisser les ballons pendant que le second jouerait comme à la Juventus Turin, dans une position avancée qu’il affectionne, où sa qualité technique apporterait une plus-value non négligeable. A moins que le Bianconero ne prenne le jeu à son compte… L’idée est donc clairement de se projeter vers l’avant. Et ce remaniement condamne Samir Nasri. Transparent et peu influent vendredi en meneur de jeu, il a encore une fois déçu. Et il en fait les frais. 

Benzema vraiment seul devant ?

« Sur le papier, on est meilleurs qu’eux. On a plus de talent », s’était permis Karim Benzema au terme de la débâcle de Kiev. Puisqu’il en est convaincu, l’attaquant va sans doute pouvoir le démontrer ce mardi. C’est l’autre grand enseignement de la probable composition d’équipe face à l’Ukraine. Pourtant auteur d’une entrée quelconque, le Merengue continue de bénéficier d’une confiance presque indéfectible de la part de Deschamps. Tout l’inverse d’Olivier Giroud, certes pas vraiment plus inspiré que son compatriote dernièrement. L’avant-centre d’Arsenal paye certainement son manque de complicité avec Ribéry, dont les accointances avec Benzema sont plus évidentes.

Sur le côté gauche, le milieu du Bayern Munich reste évidemment intouchable. Un statut que Mathieu Valbuena devrait avoir l’occasion de retrouver. Relégué sur le banc des remplaçants vendredi, « Petit Vélo » devrait, sauf surprise, suppléer un Loïc Rémy peu à son avantage. Mais, cette fois, comme ailier droit. Pas forcément son poste de prédilection, lui qui préfère l’axe pour utiliser sa vision du jeu. 

Un changement de système opportun ?

Même si le 4-2-3-1 en avait séduit certains, avec notamment la présence de quatre joueurs à vocation offensive (Nasri, Rémy, Ribéry et Giroud), Didier Deschamps a décidé de revenir a plus de simplicité. Plus de sécurité, aussi. Sur les dix joueurs de champ alignés il y a trois jours, seuls cinq devraient à nouveau débuter au Stade de France. Surclassés dans l’engagement physique à l’aller, le sélectionneur attend un match « hors norme » de ses troupes. Cela passe forcément par de l’allant offensif de la part des latéraux, qui seront chargés d’apporter le surnombre. Cabaye, lui, aura la tâche de fluidifier le jeu tricolore afin de perturber le bloc adverse. Plus que jamais, Didier Deschamps s’est distingué par des choix marquants. Reste à savoir s’ils seront payants…

Lire aussi : >> Chabal : « Des coups de pied au cul pour les Bleus »

>> Les Bleus, baromètre économique et moral des Français

>> Dugarry : « Montrez-nous ce que vous avez dans le ventre »

R.D.