RMC Sport

Georges : « Il y a beaucoup plus de médiatisation »

-

- - -

La défenseure de l’équipe de France est très sollicitée alors qu’elle s’apprête à disputer son 100e match en bleu face au Canada ce jeudi (18h). Signe du nouvel engouement autour du football féminin, dont la Lyonnaise se réjouit.

Laura Georges, comment se passe votre Coupe du monde ?

On reste sur une victoire en un match, mais le plus dur reste à venir. Une Coupe du monde, c’est long. On en profite, mais on sait que ça peut aller très vite. Contre le Canada, ce sera un match décisif. Il faudra l’emporter, puis faire en sorte de se qualifier pour les Jeux olympiques, ce qui signifie une demi-finale ou une finale.

Ce jeudi, vous allez fêter votre 100e sélection…

C’est vrai qu’on m’en parle beaucoup, mais je vous avoue que je n’y pense pas forcément. Ce match, je l’aborde d’abord avec l’envie de gagner. Je pense que c’est surtout à la fin de ma carrière que je me dirai que j’ai effectivement atteint la barre des 100. C’est toujours une fierté de porter le maillot bleu. On dit souvent que quand on est régulièrement appelé en sélection, on oublie un peu la saveur de ce que ça représente. Mais pour moi, c’est spécial car je suis outra-marine. Mes parents sont de la Guadeloupe et je suis contente de faire parler de mon île.

Comment expliquez-vous l’engouement croissant autour du football féminin ?

C’est peut-être parce qu’il n’y a pas assez d’activité sportive ! Mais peut-être aussi à cause des résultats qu’il il y a beaucoup plus de médiatisation. On espère que tout cela va perdurer après la Coupe du monde. Ça voudra dire que le football féminin commence à être reconnu. En Allemagne, lorsque je regarde les journaux, on voit tous les jours des unes occupées par les femmes, qu’il s’agisse du sport ou d’autres activités.

Pour promouvoir le football féminin, les joueuses de l’équipe de France avaient posé nues il y a quelques temps. Que pensez-vous de cette démarche ?

A la base, elles ne devaient pas poser nues. Les avis sont différents… Ça a permis de créer un buzz. Mais sur la longue durée, ce qui fera qu’on reconnaîtra notre discipline, c’est avant tout les résultats et la qualité de jeu. Pas le physique d’une joueuse. On ne demande pas aux footballeurs d’être élégants ou d’être des mannequins !