RMC Sport

Gignac : « Je ne m’emballe pas »

Auteur d'un doublé hier contre les Féroé (5-0), l'attaquant international du TFC a offert au public breton son désormais fameux geste de célébration.

Auteur d'un doublé hier contre les Féroé (5-0), l'attaquant international du TFC a offert au public breton son désormais fameux geste de célébration. - -

Double buteur contre les Féroé samedi soir, symbole du sourire et de l’espoir retrouvés des Bleus, André-Pierre Gignac ne doute pas un seul instant de la présence de la France au Mondial en juin prochain.

André-Pierre Gignac, on imagine que vous aviez à cœur de faire un meilleur match que contre la Roumanie et la Serbie…
Forcément. Contre la Serbie, je n’ai pas eu le temps de m’exprimer (ndlr, remplacé après seulement neuf minutes en raison de l’exclusion de Lloris). Contre la Roumanie, je l’ai dit à maintes reprises, je n’ai pas été bon techniquement. J’avais envie de tout croquer sur cette pelouse et d’être décisif.

Cette envie était-elle décuplée par les déclarations de ceux qui disaient que votre titularisation n’était pas légitime ?
J’ai un petit défaut : je lis pas mal la presse. Juste avant la Roumanie, tout le monde voulait que je joue. Après un mauvais match, tout le monde vous tombe dessus. Mais c’est comme ça. Les critiques font partie du football et je les accepte. Ça me rend plus fort.

Avez-vous le sentiment d’avoir marqué des points ?
C’est toujours la même rengaine. Quand on fait appel à moi, c’est pour être décisif, pour apporter ce que je sais faire sur le terrain. J’avais surtout envie de me rattraper par rapport à la Roumanie.

Avez-vous senti le début d’une cohésion sur et en dehors du terrain ces dernières semaines ?
En dehors du terrain, elle a toujours été là. Sur le terrain, chaque nation a envie de faire un gros match contre la France. Et c’est normal. Ça n’a pas été facile, mais le résultat est qu’on est en barrage.

« Les matchs de l’équipe de France sont extraordinaires »

Est-ce une déception ?
Bien sûr qu’on aurait préféré finir premier. Mais on passera par les barrages. J’y croyais dur comme fer, mais la Serbie a fait le boulot de son côté. Le principal reste d’aller en Afrique du Sud. Après, l’adversaire n’est pas un souci. Si on a tous envie d’y aller, on ira…

Tout le monde clame en interne que vous serez en Afrique du Sud…
(Il coupe) Parce que c’est la vérité. On sera en Afrique du Sud.

Malgré le risque du barrage ?
Sur deux matchs, avec notre motivation, avec ce qu’on a montré en deux matchs, je peux vous dire qu’on va y aller. Même s’il ne faut pas d’excès de confiance.

A quoi peut servir le match contre l’Autriche ?
A être dans la continuité de ce qu’on fait depuis quelques matchs. Et puis c’est un match international, au Stade de France, avec pas mal de monde. Je prends tout ce qu’il y a à prendre. Les matchs de l’équipe de France sont extraordinaires.

Que représente pour vous une Coupe du monde ?
C’est « Les yeux dans les Bleus », que j’ai regardé de nombreuses fois. On représente le pays. C’est une vie de groupe pendant plus d’un mois. J’adore ça. J’espère me qualifier et y être.

Il y a en tout cas beaucoup de similitudes entre les deux époques et notamment les critiques contre Domenech et Jacquet…
J’espère que la fin sera la même !

La rédaction - MB & PYL à Guingamp