RMC Sport

L’équipe de France, un « champ de ruines » pour la presse

-

- - -

C’est la fin du cauchemar pour l'équipe de France. Défaits par l’Afrique du Sud (1-2) mardi, les Bleus sont éliminés du Mondial dès le premier tour, en terminant dernière de son groupe et sans remporter le moindre match. « Rarement défaite n'aura été accueillie avec autant de soulagement », peut-on ainsi lire dans le quotidien Sud-Ouest, pour qui "mieux aurait valu que les Bleus n'aillent jamais en Afrique du sud".
La Gazetta dello Sport rappelle en effet que les Bleus sont "arrivés en Afrique du Sud grâce à une main (celle de Thierry Henry en barrages face à l’Irlande, ndlr)". La France "s'en retourne à la maison après avoir fait bien piètre figure", poursuit le quotidien sportif italien.
Le Corriere della Sera relève lui "un fiasco complet qui va peut-être au-delà des prévisions les plus pessimistes", en rappelant "l'exclusion d'Anelka, les larmes de Ribery à la télé, la mutinerie des joueurs, l'exclusion du rebelle Evra dans le dernier match, et surtout l'élimination prématurée".

« C'est un champ de ruines que le sélectionneur (Raymond Domenech), ses pauvres troupes, ses tristes cadres et une fédération française dépassée ont abandonné sur le gazon d'Afrique du Sud », note de son côté La Nouvelle République du Centre-ouest. Un avis partagé par La Presse de la Manche pour qui "les dirigeants en place, le sélectionneur et la bande de zozos tristes ont déshonoré le maillot de notre pays et laissent un champ de ruines".

En Allemagne, le quotidien Bild titre lui avec un jeu de mots "Adieu, les Blöd !" (Blöd signifie "imbéciles" en allemand). Dans une chronique intitulée "Les morts-vivants s'en vont", le quotidien espagnol El Mundo résume lui le Mondial des Français : « Ils sont arrivés en tant que vice-champions du monde et repartent d'Afrique du Sud sous forme de cadavre en putréfaction à l'intérieur duquel les légistes de CSI (Les Experts, ndlr) et Bones (deux séries télévisées américaines, ndlr) ne pourraient rien trouver en raison de son état trop avancé de décomposition. » Un avis partagé par Marca pour qui le dernier match face à l’Afrique du Sud confirme "son état de décomposition évident."

Le Maine-Libre/Le Courrier de l'Ouest conclut toutefois sur une note optimiste : « Le renouveau appartient à Laurent Blanc, héritier attendu comme le messie. Blanc qui, après un tel désastre, aura finalement les mains plus libres pour manoeuvrer et bâtir. » On l’espère tous…