RMC Sport

Le 6 juin, Raymond Domenech a dit

Bien sûr ce serait plus sympa d’accueillir tout le monde, de faire des barbecues tous les soirs, de laisser monter les journalistes dans les chambres pour faire les interviews… ce serait parfait, tout le monde serait content, sauf que l’on n’aurait pas de résultat. Mais j’ai fait un choix : déplaire de temps en temps pour plaire à la fin.

Interrogé à la veille de l'Euro sur les conditions de travail ultra strictes de l'Equipe de France, le sélectionneur français rappelle son credo, déjà appliqué lors du Mondial 2006 : déplaire de temps en temps pour plaire à la fin.
Car Raymond Domenech se souvient aussi de l'ambiance décontractée qui a entourée les Bleus lors de la Coupe du Monde 2002 en Corée... avec le résultat que l'on sait (élimination au premier tour, sans aucun but marqué) :
« J’ai une certitude, c’est que le mélange médias, publics, femmes de joueurs, tout ce qui vient autour… perturbe l’équilibre d’une équipe. J’ai un exemple précis : 2002 en Corée, c’est du vécu. »