RMC Sport

Leboeuf : « Les discours, je m’en fous »

Frank Leboeuf

Frank Leboeuf - -

Sans avoir totalement abandonné l’espoir d’une qualification, Frank Leboeuf, membre de la Dream team RMC Sport, regrette le manque d’engagement des Bleus lors du barrage aller perdu 2-0 en Ukraine.

N’est-il pas déjà trop tard pour rattraper les erreurs du match aller ? Fank Leboeuf veut croire que non et, après avoir diagnostiqué les problèmes rencontrés par les Bleus vendredi en Ukraine (défaite 2-0), tente de trouver des raisons d’espérer pour le retour au Stade de France ce mardi. « Ce n’est pas un problème d’envie mais un problème de ne pas avoir pris conscience de l’ampleur de l’évènement et de ne pas avoir été prêts. On savait que les Ukrainiens allaient rentrer dans cette équipe, qu’il fallait rendre coup par coup et que ça allait être un combat. On n’a pas relevé le défi, on ne s’est pas mis dedans, regrette l’ancien défenseur international. Maintenant, ils adoptent un discours en disant "on va mourir". Il fallait être prêt à mourir vendredi. Le discours, je m’en fous, la vérité sera demain soir. Tant qu’il y a une possibilité, je veux y croire. Si on aime le sport et l’équipe de France, on doit y croire. On tirera les enseignements après mais on s’est mis dans une situation catastrophique parce qu’on n’a jamais joué ce premier match. »

« Y croire, jusqu'au bout »

« J’y crois, il y a toujours un espoir et j’y croirai jusqu’au coup de sifflet final, même si j’ai des doutes. Et puis ce serait vraiment un drame si on ne se qualifiait pas. Même pour les Brésiliens ce serait dommage, ils n’auraient pas leur revanche. Ce qu’on aime dans le football, c’est son incertitude et puis ses surprises. Vous savez, ils marquent un but dans les 20 premières minutes, puis ils en mettent un dans les 20 dernières minutes, on va en prolongations, on va peut-être aux penalties et on gagne. Tout est possible. Après, bien sûr, qu’il y a les statistiques, personne n’a remonté 2 à 0 en match de qualification, en barrages, mais franchement, soyons un tout petit peu optimiste, et après on réglera les comptes si on doit régler les comptes. »

A lire aussi :
>> Chabal : « Des coups de pied au cul pour les Bleus »

>> Les Bleus, baromètre économique et moral des Français

>> Dugarry : « Montrez-nous ce que vous avez dans le ventre »

Frank Leboeuf