RMC Sport

Les ailes coupées des Bleus

Franck Ribéry

Franck Ribéry - -

A droite comme à gauche, les latéraux et ailiers français ont déçu vendredi en Finlande (1-0). La qualité des centres et les mauvais positionnements de chacun sont pointés du doigt avant le match face à la Biélorussie, mardi.

Laurent Blanc a légué à Didier Deschamps un secteur en chantier : celui de l’animation offensive. Si le milieu axial (Mavuba, Diaby, Cabaye) a établi une vraie relation technique avec les attaquants, jamais les ailiers n’ont réussi à créer le danger en Finlande (1-0), vendredi. Entre un Jérémy Ménez à côté de ses pompes et un Franck Ribéry brouillon et parfois entêté, les Bleus sont restés sans solution sur les ailes. Et les montées offensives des latéraux, Anthony Réveillère et Patrice Evra, ont été beaucoup trop imprécises et précipitées pour offrir une alternative crédible. « Ça ne sert à rien de monter 20 ou 25 fois pour, ensuite, laisser des opportunités aux adversaires, peste Didier Deschamps. Quand on y va, il faut avoir une bonne qualité de centres. On en a fait une quinzaine mais aucun n’a abouti soit parce qu’on a tardé, ou on n’a pas bien mis le ballon ou parce qu’il manquait un peu de monde au centre… »

En conférence de presse samedi, « DD » a détaillé plusieurs problèmes, comme le dézonage de Franck Ribéry. « Il est généreux, c’est quelqu’un qui est capable de faire des différences. Il provoque et fait beaucoup d’efforts sans ballon, explique le sélectionneur des Bleus. Mais il a tendance à descendre un peu bas. Pour se retrouver devant le but, la distance est plus importante. Plus il sera haut, mieux ce sera parce qu’il provoque des fautes. Il aura alors plus de chances d’être décisif. C’est là où on a besoin de lui. » Jean-Michel Larqué, membre de la Dream Team RMC, pointe lui du doigt l’apathie de Jérémy Ménez : « Il n’est jamais là où il faut. Dans ce match-là, il ne fait rien, il ne déborde pas une fois, il n’adresse pas un centre correct, il n’est pas à la conclusion d’une seule action, il ne fait pas une passe décisive. »

Jallet à la place de Réveillère ?

Malgré ces problèmes, Didier Deschamps ne devrait pas opérer de profonds changements face à la Biélorussie, mardi. Christophe Jallet, plus offensif qu’Anthony Réveillère, postule tout de même à droite, où il retrouverait Jérémy Ménez, son coéquipier au PSG, avec lequel il a plus d’automatismes. Même si Didier Deschamps met en garde : « Ce n’est pas tout de monter, il ne faut pas oublier de fermer son côté. Un latéral, même si on lui demande de participer au jeu, j’aime qu’il soit avant tout un bon défenseur. Dans le football moderne, ce sont souvent les latéraux qui amènent des décalages dans les défenses regroupées. » Comme cela sera certainement le cas, mardi. On verra alors si le chantier prend forme.

Nicolas Couet avec Jérôme Sillon