RMC Sport

Les Bleues changent de dimension

Louisa Necib

Louisa Necib - -

Avant de s’envoler, mercredi pour l’Allemagne en vue de la prochaine Coupe du monde (26/6-17/7), les filles de l’équipe de France ont pu constater que leur cote de popularité avait sérieusement grimpé. Reportage au sein des Bleues.

De l’ombre à la lumière. Avec ces filles-là, il n’y a pas de demi-mesure. Après des décennies d’oubli, la célébrité s’est soudainement emparée des Bleues de l’équipe de France. Les filles, qui ont longtemps vécu incognito, savourent cette soudaine reconnaissance alors qu’elles vont s’envoler ce mercredi pour l’Allemagne et une Coupe du monde qui s’annonce exaltante.

Si les supporters n’étaient pas encore là, les médias se sont pressés au plus près des femmes de Bruno Bini. « Voir autant de presse, ça change et surtout, ça fait plaisir, glisse Laura Georges, l’athlétique stoppeuse de l’OL. Tout ça montre que ça commence à venir. Le fait qu'il y ait des résultats provoquent aussi cet engouement. J'espère simplement que cela va se poursuivre ».

La vague OL

Souvent snobée par la France du football, les Bleues reviennent de loin. A l’heure où le football féminin commence à se faire une place, Bruno Bini n’a pas pour autant oublié ses douloureuses expériences passées : « Un jour, j’ai vécu un gros moment de solitude, se rappelle le sélectionneur des Bleues. C’était lors d’une conférence d’avant-match face à la Norvège. A ce moment, je me suis retrouvé seul avec ma capitaine. Il n’y avait aucun journaliste français accrédité. Ce genre de choses m’a fait mal. Je n’oublie pas ce manque de respect. »

Avec le recul, cette anecdote prend toute sa saveur. Samedi dernier lors de la victoire face à la Belgique (7-0), près de 569 000 téléspectateurs ont suivi cette rencontre pourtant sans enjeu. Mais cette mode ne survient pas par hasard. Le club de Jean-Michel Aulas, récent vainqueur de la Ligue des champions, y est pour beaucoup. « En ce moment, on surfe sur la vague OL, reconnaît Sonia Bompastor. C’est positif. Mais on veut encore faire parler de nous. Il y a plus de demandes oui, mais c’est aussi le fruit de notre propre travail ». La célébrité ira croissante si les filles réalisent un gros coup lors du Mondial allemand. Ça débutera dès dimanche par le Nigeria, à Sinsheim.