RMC Sport

Les Bleues rasent les murs

Eugénie Le Sommer

Eugénie Le Sommer - -

Eliminées aux tirs au but par le Danemark en quart de finale de l’Euro (1-1, 4-2 tab), les Bleues ont quitté la Suède ce mardi, très affectées par leur échec. Malgré cette défaite précoce, tout n’est pourtant pas à jeter pour les joueuses de Bruno Bini.

« Il n’y a que des pleurs. On ne s’est pas trop parlé. C’est un gros choc pour nous ». Marie-Laure Delie et les Bleues sont tombées de haut, après leur défaite aux tirs au but en quart de finale de l’Euro, face au Danemark (1-1, 4-2 tab). Impériales en phase de poule, favorites assumées de la compétition, les Tricolores n’ont rien pu faire face à des Danoises maîtresses du destin et qualifiées miracles en demie sans avoir remporté le moindre match dans la compétition.

C’est donc très marquées par leur échec que les Françaises ont quitté la Suède ce mardi. Sans répondre aux journalistes présents à l’aéroport de Norrköping, elles ont laissé derrière elle cet Euro qui leur tendait pourtant les bras. « Notre équipe, sur les trois matches de poule, est apparue nettement au-dessus des autres, analyse Noël Le Graët, président de la FFF. Au niveau du jeu et du spectacle, il n’y a pas grand-chose à leur reprocher. Etre dans le dernier carré, c’était l’ambition et le souhait, mais cette équipe a encore un très bel avenir. »

Locatelli : « On va encore entendre parler de cette équipe »

Sur la forme, cette campagne européenne est incontestablement un flop. Mais le fond, à savoir le jeu, l’état d’esprit, et même les résultats – cruelle ironie – avec trois victoires et un nul, laissent augurer des jours meilleurs. Et malgré l’élimination, Bruno Bini, le sélectionneur, n’a pas perdu de son crédit, à en croire Le Graët. « Après le match, il n’était pas temps de parler de son avenir. D’autant qu’il est affecté par un problème familial. Personnellement, j’adore Bruno, et je le verrai tranquillement la semaine prochaine pour voir dans quel état d’esprit il est et s’il a la volonté de continuer ».

Quoi qu’il en soit, l’équipe de France va devoir digérer cet échec, et continuer à se construire. « C’est une grosse déception parce que cette équipe était arrivée à maturité. Elle était programmée pour gagner, regrette Cécile Locatelli, ancienne internationale française, qui n’en reste pas moins optimiste. C’est un coup de frein, mais pas un coup d’arrêt, parce que la politique mise en place par la Fédération est bonne et va nous permettre de progresser encore. Il y a encore une grosse ossature, on a une grosse réserve avec des U17 championnes du monde, et je suis certaine qu’on va entendre parler de cette équipe dans le futur ». Pourquoi pas en 2015, au Mondial canadien…

A lire aussi :

>> Euro : Fin du rêve pour les Bleues

>> France - Délie : « Un gros choc pour nous »

>> Euro 2013 : Laure Boulleau, la « MC » des Bleues

A.T., avec N.J.