RMC Sport

Les Bleus, loin de l’image olympique…

Didier Deschamps et son groupe

Didier Deschamps et son groupe - -

Alors que l’image des Bleus s’est encore dégradée à l’Euro, Didier Deschamps et ses joueurs n’ont pas échappé aux comparaisons avec l’équipe de France olympique, fêtée ce lundi à Paris par un public enthousiaste.

Au moins, Gaël Clichy est lucide : « On ne va pas se comparer à l’équipe de France de handball parce qu’on ne fait pas le poids ». Si l’arrière gauche des Bleus refuse d’établir le parallèle entre les doubles médaillés olympiques et l’équipe de Didier Deschamps, la comparaison reste inévitable. Alors que les « gentils » athlètes tout juste revenus de Londres défilaient ce lundi dans les rues de la capitale, les « méchants » footballeurs étaient réunis dans leur château de Clairefontaine pour préparer un match amical face à l’Uruguay. Autant dire que, sur le plan de la popularité, un gouffre les sépare. Après un Euro marqué par de nouveaux dérapages, les Bleus ont encore perdu du crédit cet été.

Pour un revenant, Rio Mavuba, cela doit changer. « On doit être des modèles pour les jeunes, appuie le Lillois. L’équipe de France, c’est important. Montrons un beau visage sur le terrain, comme en dehors. » A ce titre, Didier Deschamps a maintes fois répété que le comportement serait un critère de choix au moment d’établir ses listes. « Aujourd’hui, c’est vrai que l’image est importante pour rejoindre la sélection, confirme Clichy. Le sélectionneur a été clair, le comportement sera important. Il va falloir se tenir à carreau. » Mais au moment où l’esprit olympique est très en vogue, Didier Deschamps estime que le jeu des comparaisons n’a pas lieu d’être.

Clichy : « J’ai vu des athlètes qui ne chantaient pas la Marseillaise »

« Le football est très exposé médiatiquement, il fera toujours parler, rappelle le Basque. Cela restera toujours le sport le plus populaire. Les JO sont très agréables à regarder. Il y a de très belles images. Mais on ne peut pas comparer. Vous (les journalistes) êtes nombreux sur les JO. Mais quand il y a un match de football, médiatiquement, l’impact est plus important. Et pour l’équipe de France encore davantage. Ça ne sert à rien de lutter contre ça. Espérons simplement qu’on verra aussi de belles images de nous. » Pour Gaël Clichy, le football est victime de son image. « Aux JO, j’ai vu pas mal d’athlètes qui ne chantaient pas la Marseillaise, souligne-t-il. On n’en a pas autant parlé que les footballeurs. On ne veut donc pas se focaliser sur ce qu’ont fait les handballeurs, les basketteurs ou les tennismen. Félicitations à eux, parce qu’ils ont remporté un nombre impressionnant de médailles. Mais nous, on veut juste donner le meilleur de nous-mêmes. » Et gagner.

Aurélien Brossier avec J.Re. et JS