RMC Sport

Les Bleus se rachètent

L'attaquant international de l'OL Karim Benzema a marqué le but de la victoire contre la Turquie (38e s.p.), vendredi à Lyon.

L'attaquant international de l'OL Karim Benzema a marqué le but de la victoire contre la Turquie (38e s.p.), vendredi à Lyon. - -

Après leur piteuse démonstration contre le Nigéria (0-1), les Bleus de Raymond Domenech se sont imposés vendredi à Lyon contre la Turquie (1-0), aux termes d’une rencontre dominée de bout en bout.

On craignait ce match amical du côté de la capitale des Gaules. Après la défaite encaissée mardi à Saint-Etienne contre le Nigéria (0-1), et les sifflets qui avaient accueillis les joueurs de l’équipe de France, on redoutait une nouvelle contre-performance, et une bronca qui auraient creusé un peu plus le fossé entre la sélection et son public.

Le sélectionneur a profondément remanié son équipe, ne gardant que deux joueurs (Anelka et Benzema) titularisés trois jours plus tôt, et alignait six Lyonnais sur la pelouse de Gerland. Le public gone dans la poche, il ne restait plus qu’à prier pour que la Marseillaise soit respectée. Les spectateurs turcs venus en masse ont joué le jeu, permettant à la rencontre de débuter sans accroc.

Les Français, emmenés par leur capitaine du soir, Abidal, ont dominé les débats face aux demi-finalistes du dernier Euro. Quelques minutes après avoir manqué son face-à-face avec Volkan, Anelka obtenait un pénalty sur une faute d’Uzulmez (37e), transformé par Benzema (38e s.p.). Les Turcs sévèrement réduits à dix n’ont jamais réellement inquiété Lloris à l’exception d’une occasion qui obligeait le gardien tricolore à un réflexe étonnant du pied (75e). La partie a été interrompue pendant sept minutes en raison de lancers de projectiles, mais c'est sous un déluge de pluie, que Govou trouvait le poteau (88e).

La pelouse était détrempée, les conditions de fin de match très compliquées, mais les Bleus de Domenech ont réussi à redresser la barre. Prochain match : 12 août aux Iles Féroé, en éliminatoires du Mondial 2010.

La rédaction