RMC Sport

Les Bleus seront les bienvenus chez Rai

L'hôtel JP

L'hôtel JP - -

Comme espéré, les Bleus vont élire domicile à Ribeirao Preto, ville où l’ancien Parisien Rai est né, durant la Coupe du monde. Un hôtel 5 étoiles avec trois piscines, un sauna, une salle de fitness, un terrain de tennis et de beach volley et... un petit terrain de foot.

Quatre ans après Knysna et sa grève tristement célèbre, la ville de Ribeirao Preto sera le prochain camp des base des Bleus lors la Coupe du monde au Brésil. En juin dernier, une délégation de la FFF s’était rendue en repérages dans cette ville de l’Etat de Sao Paulo (600 000 habitants), où est né Rai l’ancienne idole du PSG. Et les représentants de la Fédération avaient fait du JP Hotel, plus grande enceinte hôtelière de la ville aux cinq étoiles et aux prix abordables (de 60 à 150€ la nuit), leur premier choix.

Après le tirage au sort qui a validé ce choix, le JP Hotel peut donc se préparer et luster ses atouts qui ont également pesé dans le choix du staff tricolore. A savoir trois piscines, un sauna, une salle de fitness, un terrain de tennis, un de beach volley ainsi qu’un petit terrain de foot. En plus de l’incontournable salle de réunion pour les causeries, une salle de repos avec billards et un petit baby-foot est également à disposition des clients. La délégation française a même déjà prévenu qu’elle reviendrait avec un plus grand baby-foot. Coïncidence, l’hôtel compte également deux restaurants aux noms bien français : le Bouganville et le Flamboyant. « Quand ils ont vu ce qu’on pouvait offrir, ils étaient très satisfaits, se réjouit Vanessa Pires, responsable de l’établissement. Ils ont apprécié la situation de l’endroit et la facilité pour aller de l’hôtel au centre d’entraînement. L'hôtel sera exclusivement pour eux, il n’y aura personne d’autre. »

Des cours de français complets

La tranquillité sera donc assurée d’autant qu’un grand mur en parpaings entoure l’établissement situé aux abords d’un magasin de camions et d’une autoroute qui permettra l’accès rapide à l’aéroport situé à dix minutes. Un atout pour d’éventuels voyages à Rio (à 1h30 de vol) ou à Sao Paulo (45 minutes). Les Français n’auront pas non plus beaucoup de chemin à parcourir pour rejoindre le centre-ville ou le stade Santa Cruz de Botafogo (à ne pas confondre avec le grand club de Rio) où Hugo Lloris and co devraient s’entraîner. Ils pourraient alors humer l’air de ce pays fan de foot où cette enceinte quelque peu vétuste, à la peinture défraichie de 50 000 places est considérée comme… petite. Seul bémol : une colline surplombe le stade et offre une vue imprenable sur le terrain. De quoi agacer Didier Deschamps lors de ses mises en place à huis clos.

Le sélectionneur aura alors tout le loisir d’en débattre au Théâtre Pedro II où auront lieu les conférences de presse. L’endroit fera également office de « club France » où les supporters français pourront se retrouver aux côtés des Brésiliens. La ville, considérée comme le centre culturel du Brésil, envisage même de faire des spectacles pour sensibiliser à la culture locale. Car depuis la visite de la délégation française, l’effervescence est bien palpable dans la cité qui a lancé plusieurs programmes pour apprendre le français. Et les cours affichent complet. Car s’ils brillent moins sur le terrain, les Bleus font toujours rêver dans cette partie du Brésil.

A lire aussi :

>>> Les supporters à l’assaut du Brésil

>>> Griezmann : « La Coupe du monde est un objectif »

>>> Stoichkov : « La France a été aidée par les arbitres »

Nicolas Couet avec Antoine Arlot à Ribeirao Preto