RMC Sport

Matuidi : « Il faudra harceler les Espagnols »

Blaise Matuidi

Blaise Matuidi - -

Sous le coup d’une suspension en cas de carton jaune face à la Géorgie (3-1), Blaise Matuidi pourra bien tenir sa place pour le choc contre l’Espagne, mardi soir. Sa puissance physique risque d’être primordiale face à la Roja.

Blaise, être en tête du groupe I avec deux points d’avance sur l’Espagne change-t-il quelque chose pour l’équipe de France avant la réception de cette dernière ?

Par rapport aux différents résultats, c’était une bonne soirée pour nous. On est en tête de la poule, on a envie d’y rester et on sait que tout résultat positif contre l’Espagne nous permettra de le faire.

Le match aller, avec ce nul en Espagne (1-1), a-t-il été un déclic pour cette équipe de France ?

On a pris confiance en nous et conscience de nos qualités, conscience qu’on pouvait mettre en difficulté n’importe quelle équipe. Mais il ne faut pas s’arrêter là. Le match retour va être compliqué. L’Espagne va être revancharde après son match nul contre la Finlande. On sait à quoi s’attendre, ça ne va pas forcément être différent du match aller. C’est une équipe qui aime avoir le ballon et faire le jeu. On va se concentrer sur nous et sur ce qu’on sait bien faire. On a les armes pour les faire douter.

Comment aborder cette équipe d’Espagne ?

Face à nous, on aura une équipe qui va vouloir jouer. On a aussi des armes à faire valoir, des joueurs qui vont très vite devant, des joueurs qui savent garder le ballon. C’est une équipe qui oblige son adversaire à jouer bas. Il faudra les harceler dans notre moitié de terrain sans aller les chercher trop haut car ils sont très habiles techniquement et peuvent nous mettre en danger.

Dominatrice depuis plusieurs années, l’Espagne est-elle moins forte aujourd’hui ?

Je ne pense pas. Les autres équipes ont compris comment les mettre en difficulté. Quand on a un mur en face de nous, peu importe l’équipe, ce n’est jamais facile. C’est une tactique à adopter pour les équipes un peu plus faibles, comme la Finlande. Nous, on sait qu’on a d’autres qualités. On a les atouts pour les mettre en difficulté aussi. L’Espagne n’a pas moins faim mais les adversaires ont peut-être trouvé le remède et il faudra s’appuyer sur ça.

Vous vous économisez peu sur un terrain…

J’ai beaucoup cette envie de me projeter, d’aller de l’avant. Il faudrait que j’arrive à me canaliser car un match, ce n’est pas 45 ou 60 minutes mais 90. Pour être performant dans l’utilisation du ballon ou dans mon placement, je me dois de respecter avant tout mon poste. Ces derniers temps, mes buts m’ont un peu fait pousser des ailes mais il ne faut pas que je m’enflamme. Il faut que je reste concentré sur ce que je sais faire de mieux, c’est ce qui m’aidera à franchir encore d’autres paliers. En tout cas, j’enchaîne les matches mais je prends du plaisir et je me sens bien à chaque rencontre. Pourvu que ça continue jusqu’à la fin de saison. 

Propos recueillis par Pierrick Taisne