RMC Sport

Minsk, destination piège pour les Bleus

Samir Nasri, Karim Benzema et Franck Ribéry

Samir Nasri, Karim Benzema et Franck Ribéry - -

Avant les deux matchs amicaux de la semaine prochaine en Ukraine et en Pologne, les Bleus doivent refermer positivement ce vendredi (20h50) en Biélorussie une saison 2010-2011 entamée par une défaite à Saint-Denis contre cette même équipe. Histoire de prendre une option sur la qualification à l’Euro 2012 et partir en vacances l’esprit tranquille.

Les Maldives, les Seychelles et tous les autres petits coins de paradis. Des plages de sable fin, des naïades et une eau turquoise. Les vacances ont déjà commencé pour les plus chanceux des footeux. Des joueurs qui n’ont pas à se soucier de leurs sélections nationales, de ces matchs programmés au début du mois de juin. Qui peuvent valider leurs réservations et embarquer vers ces destinations de rêve. Mais pour quelques-uns, le vol a été beaucoup moins excitant.

Minsk, capitale de la Biélorussie, à 2 300 km à l’Est de Paris. Le thermomètre a beau affiché 29°C, les 26 internationaux sélectionnés par Laurent Blanc ne sont pas en vacances. Vendredi (20h50), ils mettront fin à leur saison officielle face à la Biélorussie, un adversaire, 53e au classement FIFA, qui les avait battus au Stade de France le 3 septembre dernier (0-1) en ouverture des qualifications à l’Euro 2012.

Premiers du groupe D avec quatre points d’avance sur ces mêmes Biélorusses et sur l’Albanie, après cinq matchs, les Bleus pourraient retomber dans le piège s’ils abordent avec la tête ailleurs et trop de déconcentration ce neuvième rendez-vous de l’ère Blanc. Un sélectionneur qui s’est attaché cette semaine à leur rappeler leurs devoirs, avant deux matchs amicaux la semaine prochaine contre l’Ukraine (lundi) et la Pologne (jeudi) qui compteront pour du beurre.

Blanc est rassuré par ses joueurs

« On ne savait pas s’ils n’avaient pas amenés des tongs dans le sac, a expliqué Laurent Blanc. Mais on a eu une agréable surprise. On sent de l’envie, des joueurs concernés. Je crois qu’ils sont mobilisés. Je suis le premier à dire qu’il faut que ça se concrétise vendredi soir. Mais dans la préparation du match, c’est sérieux. » Rassuré sur l’implication des ses joueurs, Laurent Blanc a pu aborder cette semaine deux thèmes complètement distincts mais qui sont pourtant les deux plus douloureux depuis sa prise de fonctions.

Le dernier en date, l’affaire des quotas. « Ça a été réglé en deux minutes », lâche un sélectionneur agacé par le sujet. Il a été plus disert sur cette défaite inaugurale du 3 septembre. C’était alors la période post-Knysna. Il marchait sur un champ de ruines et même son homologue biélorusse, l’Allemand Bernd Stange, compatissait dans les couloirs du Stade de France.

 « On n’avait pas été bon, il faut le reconnaître », analyse Laurent Blanc après avoir revu la rencontre ces derniers jours. Ses Bleus s’étaient relevés ensuite, avec six victoires consécutives jusqu’au match nul contre la Croatie (0-0) fin mars. Trois mois avant deux autres déplacements, en Albanie (2 septembre) et en Roumanie (6 septembre), il serait bon que l’équipe de France se souvienne de la piqûre de rappel biélorusse. Les vacances n’en seront que meilleures.

LP avec FL