RMC Sport

Nasri et Ménez privés d’équipe de France

Samir Nasri

Samir Nasri - -

A l’issue de la commission de discipline de la FFF, Nasri et Ménez ont écopé de trois et un match de suspension ferme pour leur comportement à l’Euro. Auditionnés pour les mêmes raisons, M’vila et Ben Arfa ont été rappelés à l’ordre.

L’ère Didier Deschamps débutera sans Samir Nasri et Jérémy Ménez. Respectivement suspendus trois et un match ferme par la commission de discipline de la FFF, les deux internationaux ne figureront pas sur la liste du nouveau sélectionneur pour la rencontre amicale, France-Uruguay, le 15 août au Havre. Le joueur de Manchester City manquera aussi les deux premières rencontres comptant pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2014 face à la Finlande et la Biélorussie. L’ancien Marseillais « paye » les insultes proférées à l’encontre des journalistes lors de l’Euro 2012 : le fameux « Ferme ta gueule » après son but contre l’Angleterre (1-1) et son altercation avec un reporter après France-Espagne (2-0). Arrivé au siège de la FFF peu après 10h, le joueur âgé de 25 ans s’est éclipsé une demi-heure plus tard. Sans dire le moindre mot.

Actuellement en stage aux Etats-Unis avec le PSG, Jérémy Ménez était représenté par son avocat, Maître Carlo Alberto Brusa. Malgré une lettre dans laquelle le joueur regrette ses paroles, le Parisien a écopé d’un match de suspension. En cause, ses insultes envers Nicola Rizzoli, l’arbitre de France-Espagne, et une altercation avec Hugo Lloris. 

Mazella : « Les joueurs ne se sont pas excusés »

A l’issue d’une commission de discipline expéditive, Yann M’vila et Hatem Ben Arfa, eux aussi présents boulevard de Grenelle, ont été simplement rappelés à l’ordre. Face à l’Espagne, le Rennais n’avait pas serré la main de son remplaçant, Olivier Giroud, ni celle de Laurent Blanc. Quant à Hatem Ben Arfa, il avait échangé des mots avec le sélectionneur après le revers contre la Suède (2-0).
S’ils ont, eux aussi, quitté les lieux sans piper mot, le président de la commission de discipline, Jean Mazella, a déclaré que « les joueurs, après ces faits, ne se sont pas excusés. Mais ils ont regretté leurs propos et leurs gestes. Ni Didier Deschamps, ni Noël Le Graët ont agi ou influencé la commission de discipline. Ils se sont défendus chacun leur tour, ont donné leurs explications. Mais bien sûr, c’est beaucoup moins grave que Knysna. »

Enfin, la question des primes de l’ensemble des joueurs ayant disputé le Championnat d’Europe des nations n’a pas avancé ce vendredi. Alors que Le Graët a décidé de les geler juste après la compétition, le dossier n’a pas été évoqué publiquement lors de cette séance.

Aurélien Brossier avec M.Bo.