RMC Sport

Nasri : « Je n’ai pas été exemplaire »

Samir Nasri s'est excusé pour son comportement en équipe de France

Samir Nasri s'est excusé pour son comportement en équipe de France - -

Plus d’un après avoir créé la polémique à l’Euro 2012, Samir Nasri a retrouvé l’équipe de France ce lundi à Clairefontaine. Le milieu de terrain de Manchester City a tenu à s’excuser devant les médias pour son comportement passé.
-
- © -

La voix tremblante, Samir Nasri a devancé les questions des journalistes ce lundi à Clairefontaine pour revenir sur son comportement lors de l’Euro 2012. « Je tiens encore une fois à m’excuser, a expliqué le milieu de terrain des Bleus et de Manchester City. Je n’ai pas eu un comportement professionnel. Je n’ai pas géré la chose comme il le fallait. J’espère que vous respecterez mon souhait de ne pas reparler du passé. Je suis focalisé sur le présent, le futur et sur cette seconde chance de revenir en sélection. Si on peut éviter les questions là-dessus, merci beaucoup. » Le débat a malgré tout porté sur son attitude, pour son retour chez les Bleus, plus d'un an après sa dernière apparition.

Samir, avez-vous craint de ne pas revenir chez les Bleus ?

Un petit peu. Lorsqu’on est éloigné de la sélection pendant un an, on se pose pas mal de questions et on a pas mal de doutes. Mais mon niveau de jeu en club durant la majeure partie de la saison dernière ne me permettait pas de revenir.

Avez-vous continué à y croire après votre forfait pour la tournée en juin ?

La tournée en Amérique du Sud, c’était l’occasion pour moi de me montrer. J’étais en forme. J’avais bien fini la saison avec Manchester City. Après, il y a eu le changement d’entraîneur à City (Manuel Pellegrini a remplacé Roberto Mancini, ndlr). De nouveaux joueurs sont arrivés. J’aurais pu avoir moins de temps de jeu. Mais ça ne s’est pas passé comme ça. J’ai fait une assez bonne préparation. Le fait que le coach me donne sa confiance, c’est très bien pour moi.

Avez-vous peur d'être sous surveillance pendant trois jours avec les Bleus ?

Je n’ai pas de crainte particulière. Je sais que mon comportement sera observé par tout le monde. Je sais ce que j’ai à faire. Peut-être que certains d’entre vous parleront de mon comportement, de ma façon d’être avec le groupe… C’est à moi d’être bon, d’être performant, de montrer que dans la vie du groupe, je ne suis pas un problème. Il y a un groupe qui s’est construit. C’est à moi de m’intégrer, de me faire tout petit et d’être bon sur le terrain.

Vous n'avez pas eu le sentiment que l'équipe de France était surtout une source de problèmes pour vous...

Non, non, je ne me suis pas dit ça. Il y a une Coupe du monde au Brésil. C’est le rêve de tout joueur. J’ai raté la Coupe du monde 2010. J’y pense encore aujourd’hui. Lorsqu’on ne vient pas en sélection, on a beaucoup de regrets et on a envie de tout faire pour revenir. Pendant la trêve internationale, quand on se retrouve à deux ou trois joueurs en club, ce n’est pas sympa du tout. Revenir en sélection, ça a toujours été objectif.

Qu'attendez-vous de votre discussion avec Didier Deschamps ?

Je pense qu’il me dira ce qu’il attend de moi dans la vie de groupe et sur le terrain. Je lui expliquerai aussi ce qu’il s’est passé dans le groupe en Ukraine (à l’Euro 2012, ndlr). J’ai eu un problème avec un journaliste, certes. Mais je n’en ai pas eu du tout avec les joueurs. Je ne suis pas aussi mauvais dans la vie de groupe que ce qui a pu être raconté. Par contre, ce que j’ai fait avec l’un de vos confrères, je ne peux pas le nier.

Avez-vous la sensation qu'on ne vous comprend pas et qu'on attend trop de vous ?

Si on ne me comprenait pas à un moment, c’est que je ne m’exprimais pas toujours. Je n’ai pas eu un comportement exemplaire. J’ai beaucoup refusé de m’exprimer. On écrit ce qu’on voit, ce que je peux laisser apparaitre. Je ne peux pas me plaindre là-dessus. Il faut se rendre compte de certaines choses à un moment donné. Je n’ai pas été exemplaire. C’est tout. Je n’ai pas à chercher d’excuses.

D'où viennent les rumeurs sur votre comportement dans le groupe ?

Je ne sais pas. Personne, dans le groupe, n’est venu me voir pour me dire qu’il y avait un problème avec moi. C’est possible. On n’est pas ami avec les 23 joueurs. Personnellement, je n’ai jamais eu d’altercation avec qui que ce soit dans le groupe France. Dans le passé, certes. Mais pas maintenant.

Avez-vous envie de renvoyer l'ascenseur à Didier Deschamps ?

Oui, forcément. Il me fait confiance. J’ai envie de lui rendre. Tout le monde a droit à une seconde chance. Je n’ai tué personne. En 2010, il y a eu des incidents beaucoup plus graves et les joueurs ont eu droit à une seconde chance. A moi de ne pas répéter le genre d’erreurs qui m’ont mis à l’écart pendant un an.

Pensez-vous pouvoir apporter plus en équipe de France ?

C’est clair que je peux mieux faire en sélection. C’est une certitude. Je vais me concentrer sur le terrain, essayer d’être performant et apporter ce qu’un joueur avec mon potentiel doit faire. La sélection, c’est un niveau au-dessus. Je me dois de le faire. A quel poste ? Je reviens, je n’ai pas de revendication.

A lire aussi :

- Deschamps, un premier anniversaire sans faste

- Stéphan : « Deschamps est très respecté »

- Equipe de France : Abidal le « survivant »

Propos recueillis par JRe et JS