RMC Sport

Rémy : « Ne pas se laisser marcher dessus par le Honduras »

Loïc Rémy

Loïc Rémy - -

A deux jours de l’entrée en lice de l’équipe de France en Coupe du monde, Loïc Rémy prévient ses partenaires : il faudra répondre au défi physique que tentera d’imposer le Honduras, dimanche à Porto Alegre.

Loïc Rémy, vous aviez annoncé que vous souhaitiez être la bonne surprise de cette Coupe du monde. Vous avez réussi votre préparation et pourtant, on parle plus du duo Giroud-Benzema...

J’avais clairement affiché mes ambitions pendant la préparation. C’est toujours le cas. Je sais pourquoi je suis venu ici. On a chacun nos objectifs sur le plan collectif et individuel. Cette Coupe du monde sera, je pense, un grand moment dans ma carrière. Devant ou à droite, j’exploiterai au maximum le temps de jeu que je pourrai avoir. Je prendrai ce que me donnera le coach. J’essaie de lui donner le plus d’éléments positifs.

Sentez-vous l'excitation monter ?

Oui, on est dans la compétition. On a pu suivre la 2e mi-temps de Brésil-Croatie (3-1). Le match de dimanche arrive très vite. On est tous concentré sur ce qu’on a à faire. On a encore deux entraînements pour peaufiner les derniers détails. J’ai hâte de voir ce que donne un match de Coupe du monde. On ne se met pas non plus trop de pression avant l’heure mais ce match va donner le ton pour les suivants.

Comme le préparateur physique Eric Bédouet, êtes-vous aussi impressionné par la forme de Karim Benzema ?

Karim est dans une phase de sa carrière où il est très très bien. Il marque buts sur buts à l’entraînement. Physiquement, il a l’air très costaud. Il est affûté pour la compétition. On ne peut que s’en réjouir. J’ai grandi avec Karim (à Lyon, ndlr). Je l’ai vu évoluer. Il peut encore progresser mais il est actuellement très très bien physiquement et mentalement.

Comment répondre à l'impact physique du Honduras ?

De la même manière. Il ne faudra pas se laisser marcher de dessus. Techniquement, il n’y a pas de souci de notre côté. Tactiquement, on a bossé. On suppose que cette équipe va nous rentrer dedans mais on a tous les atouts nécessaires pour répondre. Marquer rapidement peut aussi nous aider. Physiquement, il faudra être prêt physiquement.

Est-ce l'équipe de France la plus soudée que vous ayez côtoyée ?

On sent effectivement que tout le monde est focalisé sur le même objectif, c’est-à-dire de faire un bonne Coupe du monde. Il n’y a pas d’états d’âme. Les joueurs qui jouent sont là. Ceux qui entrent en jeu apportent quelque chose. Ou en tout cas, ils essaient. C’est la clé de la réussite. Les 23 sont concernés. On est vraiment soudés. On fait abstraction de ce qui se passe autour pour rester concentrés sur nous. Il y a eu ce petit bémol avec Franck (Ribéry) et Clément (Grenier) qui n’ont pas pu participer à cette Coupe du monde. Ce sont des faits qui peuvent marquer un groupe. On a fait face à ça en se retranchant dans le travail. Pour l’instant, tout va bien. J’espère que ce sera le cas durant toute la compétition.

La rédaction