RMC Sport

Ribéry sous les sifflets

-

- - -

De retour au Stade de France pour la première fois depuis la Coupe du monde en Afrique du Sud et sa suspension, la star du Bayern Munich a effectué une rentrée plutôt convaincante contre la Croatie (0-0). En dépit de l’accueil hostile d’une grande partie du public.

Il s’est préparé sur le bord du terrain. Impassible malgré les quelques sifflets qui accompagnent son échauffement. Laissé sur le banc par Laurent Blanc au départ de la rencontre de l’équipe de France contre la Croatie, Franck Ribéry se savait attendu au tournant. Peu avant l’heure de jeu (59e), Laurent Blanc décide de lancer le milieu offensif dans le couloir gauche de son attaque.

Une bronca descend alors des travées du Stade de France pour celui qui est toujours associé à Knysna et qui retrouvait le public français pour la première fois depuis sa suspension. Le joueur s’y attendait. « Je pense qu’il y aura des sifflets. Il faudra accepter ce moment-là, le passer, et continuer à avancer », avait-il lancé dimanche dans Telefoot.

Il ne se cache pas

Pas de quoi perturber un garçon expérimenté et habitué aux ambiances hostiles (notamment en Turquie ou à Marseille). A la 63e minute, il touche son premier ballon. Toujours sous les sifflets. Pourtant, ses premières offensives apportent un plus à cette équipe de France amorphe. Ribéry se montre le plus dangereux. Il tente, crochète, dribble… En tout cas, il ne se cache pas. A tel point que le public du Stade de France commence même à l’applaudir.

Ce n’est certes pas l’ambiance des grands soirs, mais petit à petit, les mouvements hostiles à son encontre se font de plus en plus rares. « Il y a d’abord eu les sifflets, mais je suis content parce que le public a réagi ensuite. J’ai même entendu crier mon nom. Ça m’a fait du bien », livrait le Munichois au micro de TF1 à l’issue de la rencontre. Ribéry n’a pas marqué, mais son entrée convaincante ne sera pas passée inaperçue aux yeux du sélectionneur.

P.Ta.