RMC Sport

Ribéry sur la voie de la rédemption ?

Franck Ribéry lors de son retour avec les Bleus en mars dernier.

Franck Ribéry lors de son retour avec les Bleus en mars dernier. - -

Le joueur du Bayern Munich n’a plus marqué avec les Bleus depuis deux ans et deux mois. Un manque que Franck tentera de combler vendredi, en Biélorussie, au sein d’un groupe France dans lequel il a retrouvé toute sa place.

Franck Ribéry peut au moins être rassuré. Il ne sera pas sifflé en Biélorussie. Dans un pays où le championnat d’Allemagne est très suivi, la star du Bayern Munich jouit d’une grosse cote de popularité. Du soutien derrière lui. Un match de bout de saison face à une équipe au talent limité. Le cadre semble parfait pour faire de nouveau trembler les filets sous le maillot bleu, ce que Ribéry n’a plus réussi à faire depuis… avril 2009 (1-0 face à la Lituanie dans le cadre des qualifications pour le Mondial 2010).

Toujours marqué par les stigmates de la Coupe du monde, un cauchemar qui l’a privé de sélection jusqu’au rassemblement de mars dernier, Franck a bien besoin de ce coup de boost qui pourrait l’aider à renouer un peu plus le fil de sa relation avec les supporters des Bleus. Et il semble dans de bonnes dispositions pour le faire. Les retrouvailles tricolores et le voyage à Minsk auront permis de s’en persuader : Ribéry n’a perdu ni sa place ni son influence au sein du groupe France.

Il a retrouvé son grand pote Eric Abidal, avec qui il partage de franches rigolades. Il est inséparable d’Adil Rami, son voisin lors du vol de 2h30 vers la Biélorussie et l’un de ses partenaire de jeux vidéo en réseau les plus fidèles. Avec un Karim Benzema toujours proche d’eux, le petit groupe de Franck le clown en chef se reforme. « La famille », comme dirait Ribéry, qui a besoin de se sentir entouré pour donner son meilleur et dont les relations avec l’ensemble du groupe se passent bien si l’on en croit tous les échos.

« Il est plein de gaz et plein d'envie »

Un sourire retrouvé, donc. Et des jambes aussi au terme d’une saison où les blessures l’ont souvent éloigné des terrains. « Il est plein de gaz et plein d’envie, confirme Laurent Blanc. Il n’y a qu’à voir l’intensité qu’il met à l’entraînement pour comprendre qu’il a très envie de jouer ce match en Biélorussie. » Reste à convertir cette envie en belle performance. Avec, encore et toujours, l’éternel débat sur son positionnement.

A gauche, sa préférence ? Ou à droite ? Une certitude : Franck ne peut plus se permettre de réclamer quoi que ce soit. Question d’image. Le voyage à Knysna est passé par là. Vendredi, à Minsk, il devrait débuter à droite. Mais l’entraînement de jeudi l’a vu alterner souvent avec Florent Malouda et évoluer en majorité… à gauche. Un rôle sur les deux fronts qu’il devrait tenir face aux Biélorusses. En espérant peser sur le jeu. Et retrouver la joie du buteur.

Alexandre Herbinet (avec Marc Benoist, à Minsk)